Plan de commentaire : voltaire – « femmes, soyez soumises à vos maris »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1858 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan de commentaire : Voltaire – « Femmes, soyez soumises à vos maris »

I – Un violent réquisitoire qui proteste contre la soumission de la femme
A – Le rejet d’une thèse adverse : une citation de Saint Paul

B – Une contestation catégorique de la soumission de la femme

C – Un discours véhément qui exprime un sentiment de révolte contre la condition des femmes

II – Un discoursefficace en faveur des femmes, qui a recours à tous les ressorts de l’argumentation
A – Un raisonnement qui tente de convaincre

B – Un plaidoyer en faveur des femmes, qui cherche à persuader

C– Le recours au registre comique pour décrédibiliser les partisans d’une soumission de le femme (les anti-féministes).

III – Une femme des Lumières engagée qui illustre la thèse de Voltaire sur lesfemmes
A – Une femme cultivée

B – Une femme libérée et indépendante

C – Une oratrice qui sait imposer ses idées

Plan de commentaire : Voltaire – « Femmes, soyez soumises à vos maris »

I – Un violent réquisitoire qui proteste contre la soumission de la femme
A – Le rejet d’une thèse adverse : une citation de Saint Paul
Réquisitoire qui se construit à partir d’une citation de SaintPaul dans ses Epîtres. (On sera attentif à la mise en situation de la lecture de cette citation)
• Le rejet de la thèse adverse s’exprime à travers les réactions physiques de La Maréchale : « rouge de colère » - « j’ai jeté de livre », à travers le type de phrase utilisé pour reformuler cette citation : « Soyez soumise à vos maris ! » (Phrase exclamative manifestant un ton indigné) et grâce à lanégation forte : « Jamais Monsieur le Maréchal ne m’a écrit dans ce style. »
• Dans tout le texte, des négations réactivent sa contestation des paroles de Sain Paul.
• Dans sa réponse à l’abbé : « votre Saint Paul », elle utilise un adjectif possessif qui la détache de l’auteur de la citation.
A travers cette polémique provoquée par la citation de Saint Paul, Voltaire dénonce une traditionreligieuse à l’origine de la condition de la femme.

B – Une contestation catégorique de la soumission de la femme :
La maréchale, après voir contesté la thèse adverse, développe des arguments personnels pour protester contre la soumission de la femme et montrer qu’elle n’a pas de justification logique.
• Elle pose des questions rhétoriques : la première réclame une justification de cette situation: « et pourquoi soumises s’il vous plaît », la seconde concerne le statut de la femme qu’elle évoque grâce à un terme fortement connoté : « Sommes-nous donc des esclaves ? »
• Elle réclame l’égalité entre l’homme et la femme et refuse que la femme ait une obligation d’obéissance
• La nature a fait l’homme et la femme différents mais nécessaires l’un à l’autre : la différence entre les sexes,selon elle, ne repose pas sur une hiérarchie mais sur une complémentarité.
• Les hommes ont fondé leur supériorité uniquement sur leur force. Ce n’est pas un motif suffisant pour qu’il domine les femmes.
• La supériorité intellectuelle des hommes relève de la prétention et non pas du droit: cf verbes employés pour parler de l’intelligence des hommes : « prétendent – vantent »
• Condamnation del’Eglise qui contribue à maintenir les femmes dans l’ignorance : le chiasme de la fin souligne l’incurie de l’Eglise dans l’éducation des femmes.
• Sa démonstration est simple : il suffit d’éduquer les femmes, de leur donner l’accès au savoir pour qu’elles puissent égaler les hommes

C – Un discours véhément qui exprime un sentiment de révolte contre la condition des femmes
Registre polémiquesuscité par la citation de Saint et par le respect que l’abbé voue à cet apôtre. Le ton véhément est exprimé par plusieurs procédés :
• Phrases très expressives : beaucoup de phrases exclamatives ou interrogatives révèlent la colère de La Maréchale. L’accumulation des phrases interrogatives mime parfois la montée de la colère et de l’indignation.
• Des exclamations : « Quoi ! »
• Des...
tracking img