Plan exercice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le 20 mars 2010 , il est 14h11 le centre de 100 de Mons reçoit un appel indiquant un debut d’incendie faisant suite à une explosion de gaz dans les cuisines de l’Athenée Jean Rey,sis rue du Bercet à Couvin, entrée principale. Deux classes se trouvent dans le périmètre du sinistre.

Environ dix minutes plus tard une première ambulance du SRI de Couvin déboule dans la cour de l’école. Les deuxambulanciers sont d’emblée assaillis par une adolescente hystérique traumatisée par le drame qui se déroule sous ses yeux.«  sauvez – nous » hurlent les élèves,
du troisième étage. Un ambulancier, écarte l’adolescente et tente de la calmer. La police arrive sur place et l’emmène dans le combi.
Cinq minutes après, un camion de pompiers avec quatre hommes à bord arrive sur place.
La lanced’incendie est déroulée et d’autres hommes du feu pénètrent dans le bâtiment à la recherche des victimes.

L’officier de garde demande des renforts, les unités de Chimay et Philippeville se rendent sur place et souhaite que le Bourgmestre soit informé afin de lancer le plan catastrophe Communal.

Les premiers intervenants sont rejoins par des ambulances de Couvin, de Chimay,un autre camion de pompierset la Croix Rouge ainsi que l’aide psychosociale d’urgence, la protection civile de Ghlin.
De plus, les inspections d’hygiène de la province de Namur et du Hainaut on été requis.

Il n’en faut pas plus pour que des dizaines de badauds s’empressent aux abords de l’école pour observer le déroulement de l’intervention .
Un motard et deux combis de police bloquent les accès à la rueSaint-Roch,(entrée par la cour de l’école.)

Pendant ce temps , les premières victimes sont emmenées vers le poste médical avancé installé dans la salle de gym de l école , en attendant l’arrivée des SMUR .
Les urgentistes, sous la houlette du Dr C,( Médecin–régulatrice au CHU de Charleroi ) examinent la gravité des blessures de chacun et leurs posent un macaron suivant leurs traumatismes; polytraumatismes, brûlures, intoxications et déterminent les priorités en termes de soins à donner et de transferts vers les hôpitaux.

A14h40 , Raymond DOUNIAUX Bourgmestre de Couvin arrive à l’Athenée . On dénombre à ce moment 40 victimes.

Du haut du troisième étage, une équipe du GRIMP descend une victime.
Aux abords du poste médical avancé, l’inspecteur principal de la Zone de Police des Trois Vallées,relève l’identité des élèves légèrement blessés. Familles et médias pourront alors être informés de l’identité des personnes sur place et de leur état.

Dans la cuisine enfumée, une dizaine de victimes jonchent le sol.
Vivent-elles encore ? Certaines essaient de bouger un membre, d’autres gémissent.
Les pompiers les placent sur des civières pour les transporter vers l’extérieur.
Il est unpeu plus de 16 hoo, les premiers blessés sont embarqués vers les différents hôpitaux.

La route a été barrée par la police des 3 vallées afin de laisser passage aux secours.

38 blessés ( 18 Graves - 1 Léger ) et 4 morts.

Chaque service de secours a immédiatement pris ses marques.

Un poste médical avancé ( PMA) a été mis en place dans la salle de gym de l’école
Les pompiers ontrapidement évacué les victimes de différentes salles et circonscrit de l’incendie.
Pendant ce temps, les médecins donnaient les premiers soins aux blessés et placent des fiches d’identification avant de les transporter vers les hôpitaux.

4 grands lieux d’intervention ;
Le chantier qui est le lieu même de la catastropheLa petite Noria zone de transport entre le chantier et le PMA

Le PMA poste médical avancé lieu ou les victimes sont triées et soignées

La grande Noria représente le trajet entre le PMA et les ambulances qui partent vers les hôpitaux.
(VOIR PLAN)..

APPEL...
tracking img