Plan marshall

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4075 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire du texte : « Europe, unis-toi ! », d’André François-Poncet, Le Figaro, 18 juin 1947 sur le Plan Marshall.

Au début de l'année 1947, la Guerre froide conduit les dirigeants des États-Unis à redéfinir la politique étrangère de leur pays. Alors que le président Truman, le 12 mars 1947, devant le Congrès, expose la politique d'endiguement, qui conduira les États-Unis à prendre en mainla défense de l'Europe occidentale en créant l'OTAN, c'est le général Marshall qui est chargé de proposer une aide économique à la reconstruction de l'Europe.
C'est le plan Marshall qui donne naissance à l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), dont les membres acceptent l'aide et les mesures de coordination qu'elle impose, alors que les pays qui refusent cette aide, seregroupent autour de l'Union soviétique, pour former, jusqu'en 1989, le camp socialiste.
Les Etats-Unis sortent de la seconde guerre mondiale en position de force face au monde. D’abord, ils font partis des vainqueurs incontestés, comme le déclare la conférence de Yalta. On les a vus soutenir le camp des alliés depuis la loi prêt-bail de mars 1941. Celle-ci autorisait le gouvernement américain àfournir du matériel de guerre à certains pays, notamment la Grande-Bretagne. Et puis, du fait de leur entrée plus tardive dans le conflit et de leur stratégie, les Etats-Unis n’ont subi que très peu de pertes matérielles et financières par rapport aux pays européens.
D’ailleurs, en Europe, les pertes sont telles que le redressement économique apparaît très difficile. Immédiatement se pose le problèmedes réparations, auquel les Etats-Unis proposent des solutions. La Conférence de Bretton Woods de juillet 1944 vise à établir la libre convertibilité des monnaies, c'est-à-dire plus de stabilité. Pour ce faire, elle crée le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, ou Banque mondiale (BIRDS).
L’organisation des Nations Unies (ONU)créée en 1945 comporte des branches qui travaillent à la restructuration de l’économie : le Conseil économique et social (ECOSOC), et l’United Nations Relief and Rehabilitation Agency (UNRRA) alimenté de fonds américains redistribués sous forme de dons. Les Etats-Unis fournissent d’autres prêts visant à alléger le problème économique en Europe. Mais c’est en 1947 qu’une aide économique organiséeest proposée aux pays détruits.
Plus connue sous le nom de plan Marshall, cette aide économique est l’initiative du général George Marshall, secrétaire d’Etat américain depuis janvier 1947, et ancien chef d’état-major des Etats-Unis entre 1939 et 1945. Ce plan naît lors du discours qu’il prononce le 5 juin 1947 à l’université de Harvard, le jour symbolique de la remise des diplômes, devantl’ensemble des étudiants et professeurs : il s’agit donc d’un discours officiel.
Cet événement fait suite au discours du 12 mars prononcé par le président américain, Harry Truman, devant le Congrès. C’est là qu’il lance une politique d’aide aux « peuples libres » dont il estime qu’elle doit impérativement passer par le biais de l’économie, et éradiquer le totalitarisme qu’incarnent les régimescommunistes. Cette politique dite d’endiguement du communisme espère aboutir au retour de la stabilité politique et économique mondiale, condition pour la paix. Le plan Marshall constitue donc cette aide promue par le président Truman.
Et pourtant, le document à en être analysé pour ce commentaire du texte n’est pas le discours du Général Marshall, mais un article d’André François-Poncet intitulé « Europe,unis-toi », au journal Le Figaro, le 18 juin 1947. Ces éléments font une énorme différence pour l’analyse critique du texte. A commencer pour les activités exercées pour l’auteur : André François-Poncet est élu député de la Seine en 1924. De tendance centre-droit, il entre au gouvernement comme sous-secrétaire d'État en 1928. Il est ensuite nommé ambassadeur à Berlin de 1931 à 1938, puis à...
tracking img