Plan texte shaupenhauer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Résumé

Commentaire d'un texte de Philosophie de Schopenhauer tiré de son ouvrage Le monde comme volonté et représentation sur le mécanisme du désir. Comment la quête du bonheur ne faitqu'engendrer l'apparition de la souffrance et de l'ennui ?

Sommaire:

Introduction

I) Mécanisme et non-réalisation d'un désir

A. Le désir dans la nature de l'homme
B. Mécanismeet non-réalisation du désir

II) Les êtres dépourvus d'intelligence comme êtres prisonniers de leurs désirs

A. Le désir chez les animaux
B. La non-utilisation de la raison asservitl'homme par rapport à ses désirs

III) La quête du bonheur engendre souffrance et ennui

A. La souffrance du manque et l'ennui suite à la possession de l'objet de ses désirs
B. Unéventuel guide vers la libération des désirs

Conclusion

Texte analysé:

Cet effort qui constitue le centre, l'essence de chaque chose, c'est au fond le même, nous l'avons depuis longtempsreconnu, qui, en nous, manifesté avec la dernière clarté, à la lumière de la pleine conscience, prend le nom de volonté. Est-elle arrêtée par quelque obstacle dressé entre elle et son butdu moment : voilà la souffrance. Si elle atteint ce but, c'est la satisfaction, le bien-être, le bonheur. Ces termes, nous pouvons les étendre aux êtres du monde sans intelligence ; cesderniers sont plus faibles, mais, quant à l'essentiel, identiques à nous. Or, nous ne pouvons les concevoir que dans un état de perpétuelle douleur, sans bonheur durable. Tout désir naît d'unmanque, d'un état qui ne nous satisfait pas ; donc il est souffrance, tant qu'il n'est pas satisfait. Or, nulle satisfaction n'est de durée ; elle n'est que le point de départ d'un désirnouveau. Nous voyons le désir partout arrêté, partout en lutte, donc toujours à l'état de souffrance ; pas de terme dernier à l'effort ; donc pas de mesure, pas de terme à la souffrance.
tracking img