Plan travail existentialisme est un humanisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Travail 2
Philo

Choix d’une question :
- La foi implique-t-elle une démission de la raison?
- La croyance religieuse peut-elle impliquer une entrave à l’autonomie morale?
- Croire peut-il impliquer à renoncer à ses principes moraux ?
- La religion est-elle une entrave à la raison?
- La religion est-elle supérieure à la morale?

Plan de dissertation :

Introduction• Abraham : Dans la Genèse (chapitres XII à XVI) Abraham se nomme d'abord Abram, puis après avoir reçu la promesse divine, à quatre-vingt-dix-neuf ans, d'avoir une nombreuse descendance il se soumet lui même à la circoncision en signe d'alliance et prend le nom d'Abraham "le père d'une multitude" (Genèse, chapitre XVII).

Dans la Bible
Abraham aura deux fils: Ismaël etIsaac. Le premier né des deux est Ismaël, né de Agar, servante égyptienne de son épouse Sarah. Lorsque Isaac naît de son épouse, celle-ci fait chasser Agar et Ismaël. Isaac est le fils légitime, et Ismaël, bien que l'aîné, n'est que le fils d'une concubine.
C'est alors que Dieu demande à Abraham de lui sacrifier son héritier Isaac. La tradition place cet événement à l'emplacement actuel du Dômedu Rocher à Jérusalem.

Le sacrifice d'Abraham
Abraham s'apprête au sacrifice de son fils unique se privant ainsi de toute descendance, lorsqu'un ange arrête son bras et qu'Abraham aperçoit un bélier (ou un bouc) qu'il sacrifie alors à la place de son fils.
Les deux récits se contredisent sur un point central: dans la Bible le fils désigné pour le sacrifice est Isaac, dans le Coranc'est Ismaël. Ceci revêt une très grande importance car les juifs considèrent que Isaac est le père de Jacob qui changeant de nom devient Israël ancêtre des juifs. Les arabes de leur côté considèrent que Ismaël est leur ancêtre.
Pour les musulmans, cette contradiction est due aux falsifications de la Bible par les juifs et les chrétiens.
• Mon choix de question : La croyance religieusepeut-elle impliquer une entrave à l’autonomie morale?

• Définition des mots clé de la question :

-Religion :
a) Ensemble de croyances : point de vue subjectif, piété qui relie à Dieu.
b) Ensemble de rites: point de vue objectif cérémonies qui rassemblent les hommes.

-Croyance : La croyance est le fait de tenir quelque chose pour vrai, et ceci indépendamment des preuves éventuelles deson existence, réalité, ou possibilité.

-Entrave : Ce qui fait obstacle.
contrainte, difficulté, embarras, empêchement, gêne, obstacle, opposition, pierre d'achoppement -littéraire: chaînes, frein, lien, traverse.
aide, facilités.

- Autonomie morale : Autonomie morale et autorité ou la question de la volonté chez Rousseau

• Problématisation : est-il possible de fonderrationnellement l’existence d’un Être suprême ? La croyance religieuse est-elle renoncement à l’évaluation rationnelle ? La croyance est-elle hétérogène à la rationalité ? Mais existe-t-il une compatibilité entre ces deux domaines apparemment hétérogènes ?

• Sujet divisé : Le texte qui suit contient une partie descriptive qui évalue le rapport de la foi et la raison/morale. Une partie comparative sur lepoint de vue de Kierkegaard et de Sartre et enfin mon point de vue personnel sur le sujet.

• Position : De Kierkegaard =
De Sartre=
La mienne=

Développement

Partie 1, partie descriptive :

a) évaluer le rapport de la foi et de la raison/morale chez Kierkegaard en….
b) Évaluer le rapport de la foi et de laraison/morale chez Sartre en…

Partie 2. partie comparative :
Distinguer ensuite une grande ressemblance ou différence pertinente et significative entre les points de vue de Kierkegaard et de Sartre.
c) Ressemblances ou différences

Partie 3. Votre position
d) Expliquer quel est le rapport entre foi et raison/morale/autonomie qui vous semble le plus adéquat.

Conclusion
e)...
tracking img