Platon et aristote

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Platon et Aristote : Les échanges économiques
L'échange économique apparaît relever d’une nécessité vitale. Platon montre qu'aucun homme ne pouvant se suffire à lui-même, chacun a besoin du concoursde tous. Et c’est de la nécessité de cette coopération mutuelle que serait née la société. Plus exactement c’est la nécessité d’une division des tâches et des compétences qui fait qu’une sociétés’organise.  
Introduction: référence à l'analyse marxiste
Pour penser l'activité économique de l'homme, nous partirons essentiellement des analyses de Marx. De tous les philosophes du programme, il esten effet le seul à avoir tout centré, dans son attention à la réalité humaine, sur cette activité et sa philosophie peut être considérée comme étant un "économisme".
 
I. La critique marxiste
Penserc'est souvent, d'abord, se poser en s'opposant. Marx ne faillit pas à la règle. En prenant pour objet de sa réflexion la réalité économique (qui est constituée par l'activité productive, pour luiactivité essentielle de l'homme, Marx rencontre sur son terrain l'économie politique classique. Que lui reproche-t-il ?
Sa critique est double :
A. Premier reproche :
Elle aurait méconnu le caractèrehistorique des pratiques économiques et sociales.
B. Deuxième reproche:
Alors qu'elle était une science humaine, elle a négligé les rapports entre les homme engagés dans l'économie au bénéfice desrapports entre les choses, laissant échapper ainsi ce qui pour Marx est au fondement de l'analyse historique de l'économie, à savoir l'aliénation de l'homme conçue comme contradiction fondamentale etmoteur de l'histoire. Elle aurait ignorer que l'économie est avant tout affaire d'échanges (inégalitaires et conflictuels) entre partenaires sociaux de deux catégories principales : les détenteurs desmoyens de production et ceux qui mettent en oeuvre ces derniers. (Cf. cours sur l'Histoire)
 
II. La conception de Marx
 
Si penser, c'est souvent s'opposer, c'est toujours continuer.
A....
tracking img