Platon menon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1101 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Platon, Ménon.
Explication de texte de la page 38 à 40.
75 e-75 a

Le Ménon est un dialogue de Platon, dans lequel Ménon et Socrate essaient de trouver la définition de la vertu, sa nature, afin de savoir si la vertu s’enseigne ou, sinon, de quelle façon elle est obtenue.
Dans un premier temps, la question examinée est de savoir si il existe une ou plusieurs vertus. Il définit doncl’essence d’une chose.
En passant par la définition de « figure » et de « rondeur » Socrate tente d’expliquer à Menon si il existe une ou des vertus et pourquoi. Il cherche ensuite à expliquer que l’appartenance à une même essence, une même forme n’empêche pas certaines différences.
Le problème traité par Platon est celui de la définition d’une chose et de la compréhension de cette définition par autrui.Qu’est ce qu’une figure ? Qu’est ce qu’une couleur ? Qu’est ce qui est commun à toutes ces choses ? Quelles sont les limites de ces définitions ?
En effet Platon montre qu’il n’existe pas une figure ni une couleur mais plusieurs car celles-ci sont caractérisées par la rondeur, le carré, le noir, le vert… Par la même définition il n’existe donc pas une vertu mais plusieurs comme le cite Ménon, ily a le courage, la sagesse, la grandeur…
Il expose d’abord la thèse :
Il existe une multiplicité de choses qui en définissent d’autres. Il poursuit en définissant ce qu’est la figure et la couleur, et liés entre elles pour montrer qu’il existe aussi des différences, des oppositions.
Il décide que pour répondre à la question de la vertu, il faut trouver un point commun à ce que l’on appelle «figure » en général.

L’auteur n’intervient pas en tant que tel, il fait débattre Menon et Socrate sur le sujet de la vertu.
Platon propose donc une analyse valable de manière universelle.
Le thème hiérarchique premier est la définition d’une figure puis celle d’une couleur.
On peut donc par conséquent établir que le rapport entre ces deux thèmes est l’orientation globale de cet extrait dudialogue.
Le contraste entre la définition de figure et de couleur sert à comprendre comment s’établit l’appartenance à une même essence, une même forme. Mais notons bien que l’appartenance n’empêche pas des points communs comme le décrit Socrate.
La figure est la seule chose qui s’accompagne toujours de couleur
Cette définition donne une marque distinctive de la figure, mais non son essence.Il faut trouver la chose qui fait que chacune de ces vertus soit vertu. Il faut trouver ce que c’est que la vertu. « la nature identique présente dans tous ces cas particuliers » (75a)
Ménon reproche à Socrate que cette définition est tributaire de la définition de la couleur. Il faut donc la définir.
Bien que ce soit celle qui s’approche le plus de l’essence, elle ne donne à nouveau qu’unecaractérisation. Est-ce à dire que la question « qu’est-ce que la vertu » ne demande qu’une caractérisation de celle-ci ? Dans la pratique, Platon ne semble pas distinguer les deux formes d’identification. Il demande l’essence et se contente de la marque distinctive c’est-à-dire un critère me permettant de dire qu’une chose est ou n’est pas. En tout cas, les deux sont chacun suffisant, conviennent pourla mise en évidence d’un élément commun à une multitude.
On parle donc d’une couleur et d’une figure car il en existe d’autres, le blanc est une couleur car il en existe d’autres ainsi que la rondeur qui n’est qu’une figure parmi tant d’autres. Platon se sert donc de ces définitions pour montrer que l’on parle d’une vertu et non de la vertu car il en existe différentes formes.
En revanche onparlera de la tour Eiffel, la tour de pise car il n’en existe pas d’autres, elles sont uniques et rien d’autres ne peux les définir.
Le débat instauré par Platon a un sens philosophique : Il faut montrer que l’appartenant à une même essence est complexe et n’empêche pas les oppositions.
Le rond n’est pas moins figure que le droit, le rouge n’est pas moins couleur que le vert.
Pour expliquer...
tracking img