Platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1301 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L1/S1–Histoire des sciences (2009–2010) : La méthode scientifique Thème d’étude 1 La théorie platonicienne des formes de connaissances. 1. La division, selon un rapport donné se reproduisant à la division des segments, des quatre formes de connaissance selon les segments d’une ligne. « [509 d] [. . .] Sur ce, prends, par exemple, une ligne sectionnée en deux parties, qui sont deux segments inégaux; sectionne à nouveau, selon le même rapport, chacun des deux segments, celui du genre visible comme celui du genre intelligible. Ainsi, eu égard à une relation réciproque de clarté et d’obscurité, tu obtiendras, dans le visible, ton deuxième segment, [509 e] les copies ; par copies, j’entends premièrement [510 a] les ombres portées, en second lieu les images réfléchies sur la surface de l’eau ousur celle de tous les corps qui sont à la fois compacts, lisses et lumineux, avec tout ce qui est constitué de même sorte. [. . .] Pose alors l’autre segment auquel ressemble celui-ci, les animaux de notre expérience et, dans son ensemble, tout le genre de ce qui se procrée et de ce qui se fabrique. [. . .] Accepterais-tu en outre [. . .] de parler d’une division du visible sous le rapport de lavérité et de l’absence de vérité ? Ce que l’opinable1 est au connaissable2 , la chose faite en ressemblance le serait à ce dont elle a la ressemblance. [510 b] [. . .] Examine maintenant de quelle façon aussi la section de l’intelligible devra, à son tour, être sectionnée. [. . .] De cette façon : dans une des sections de l’intelligible, l’âme, traitant comme des copies les choses qui précédemmentétaient ce qu’on imite, est obligée dans sa recherche de partir d’hypothèses, en route non vers un principe, mais vers une terminaison. Mais, en revanche, dans l’autre section, avançant de son hypothèse à un principe anhypothétique, l’âme, sans même recourir à ces choses que justement dans la première section on traitait comme des copies, poursuit sa recherche à l’aide des formes elles-mêmes, prisesen elles-mêmes3 , et se mouvant parmi elles. » 2 . Les sciences discursives et la méthode des mathématiciens. « [510 c] [. . .] Ceux qui travaillent sur la géométrie, sur les calculs, sur tout ce qui est de cet ordre [. . .], une fois qu’ils ont posé par hypothèse l’existence de l’impair et du pair, celles des figures, celle de trois espèces d’angles, celles d’autres choses encore de même familleselon chaque discipline, procèdent à l’égard de ces notions comme à l’égard de choses qu’ils savent ; les maniant pour leur usage comme des hypothèses, ils n’estiment plus avoir à en rendre nullement raison, ni à eux-mêmes ni à autrui, comme si elles étaient claires pour tout le monde ; puis, les prenant pour point de départ, [510 d] parcourant dès lors le reste du chemin, ils finissent paratteindre, en restant d’accord avec eux-mêmes,
1 Ce 2 Ce

qui est objet d’opinion. qui est objet de connaissance. 3 Ce sont précisément les Idées de Platon.

1

la proposition à l’examen de laquelle ils ont bien pu s’attaquer en partant. [. . .] Aussi bien, dois-tu savoir encore qu’ils font usage de figures visibles et que, sur ces figures, ils construisent des raisonnements, sans avoir dansl’esprit ces figures elles-mêmes, mais les figures parfaites dont celles-ci sont des images, raisonnant en vue du carré en lui-même, de sa diagonale en elle-même, mais non en vue de la diagonale qu’ils tracent ; et de même pour les autres figures. [510 e] Celles qu’ils façonnent et peignent, objets qui produisent des ombres ou qui se réfléchissent à la surface de l’eau, à leur tour elles sont traitées par euxcomme des copies quand ils cherchent à voir les figures absolues, objets dont la vision ne doit être possible pour personne [511 a] autrement que par le moyen de la pensée4 . [. . .] Ainsi donc, tandis que je disais intelligible cette façon de penser, d’un autre côté je disais que, pour y conduire sa recherche, l’âme est contrainte de recourir aux hypothèses, de ne point aller vers le...
tracking img