Playdoyer contre la peine de mort - sean sellers

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1322 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
EVALUATION FORMATIVE – RELIGION
Thème : Plaidoyer contre la peine de mort.

Sean Sellers

1. Présentation

Je vous présente Sean Sellers, un jeune garçon de 16 ans vivant dans l'Etat de l'Oklahoma aux Etats-Unis. Regarder ce visage, il pourrait être l'un de nos copains de classe, un voisin, un ami, un gamin pour les adultes. Pourtant à l'âge de 29 ans, après 13 années de prison, le 04février 1999 il fût exécuté à mort par injection létale.

2. Introduction

En 1985, Sean habite à Oklahoma City, c'est un jeune homme en apparence comme les autres à part qu'il est complètement sous l'emprise de pratiques sataniques. Il croit qu'il est possédé par le diable et répond à ses ordres. Il est également un fan inconditionnel du jeu "Dungeons and Dragons" un jeu de rôlemédiéval-fantastique auquel il voue une passion inconsidérée au point de ne plus maîtriser ses actes. On peut dire qu'à cette période il souffre d'un désordre de la personnalité et même d'un dédoublement de la personnalité.

3. Le déroulement des faits
En septembre 1985, Sean âgée de 16 ans tue à bout portant Robert Bower un magasinier d'un supermarché de la ville. D'après la déposition de Richard Howard,son meilleur ami, Sean explique qu'il a tué Robert pour : "voir ce qu'on ressent quand on tue quelqu'un", ce meurtre ne sera pas élucidé. En mars 1986, Sean tire et tue sa mère et son beau-père pendant leurs sommeils dans la maison familiale parce qu'ils s'opposent à la relation qu'il a avec sa petite amie. Il va alors exercer un rituel occulte contre eux. De son propre aveu, Sean déclare avoircommis ses meurtres comme pratiques sataniques.
Sean Seller sera jugé pour trois meurtres. Au procès le jury n'a pas su que Sean souffrait d'un trouble dissociatif de l'identité. Pourtant, un électroencéphalogramme pratiqué par trois éminents experts en psychiatrie a révélé de graves lésions cérébrales dues à une blessure reçue pendant l'enfance. Un test qui mesure la vitesse de transmissionde l'information entre les organes sensoriels et le cerveau a fait apparaître au moins trois états de la personnalité différents.
A sa rentrée en prison, Sean a toujours 16 ans et se convertit au christianisme. Depuis lors, sa foi n'a pas changé. Il a affirmé regretter profondément ses crimes. Pendant ses années de prison (13 années), il a aidé des milliers d'adolescents à rentrer dans le droitchemin. Basé sur son expérience, il a mis en garde les jeunes contre les expériences occultes et les comportements de rébellion. A 29 ans, après 13 ans d'emprisonnement, il n'était plus un danger pour la société ou pour lui-même. Son exécution montre que le système pénal des Etats-Unis refuse à un individu (un enfant de 16 ans en particulier) toute possibilité de se réadapter et de seracheter.

4. Les oppositions à sa peine de mort.
Il y a, en plus de l'opposition ferme qu'il faut avoir contre la peine de mort, deux raisons majeures pour s'opposer à cette sentence de peine radicale.
a. D'abord la jeunesse de Sean.
En vertu de la législation américaine, dans la plupart des situations, une personne âgée de 16 ans comme Sean Seller n'est pas capable, selon la loi, de prendre desdécisions pour lui-même. La Commission des remises de peines, équivalente à l'Ordre des Avocats chez nous, s'est élevée contre la peine de mort pour : "tout individu âgé de moins de 18 ans au moment des faits". Le dossier indique clairement que "les moins de 18 ans ne peuvent pas, en tant que citoyens, voter, siéger dans un jury, prendre des décisions médicales pour eux-mêmes, ni passer uncontrat et qu'ils n'ont pas les moyens d'apprécier pleinement les conséquences de leurs actes". Paradoxalement, Sean s'est vu infliger la sentence suprême pour ses crimes : la mort !

b. Puis, il souffrait de réels troubles de la personnalité.
La cour d'appel de l'Oklahoma a refusé de prendre en considération toute preuve des troubles mentaux de Sean. Elle a jugé qu'il a renoncé à son droit...
tracking img