Poeme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5243 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Marielle Macé
Selon l’écrivain préféré
¶1 « Il me semblait avoir sous les yeux un fragment de cette région fluviatile que je désirais connaître depuis que je l’avais vue décrite par un de mes écrivains préférés. Et ce fut avec elle, avec son sol imaginaire traversé de cours d’eaux bouillonnants, que Guermantes, changeant d’aspect dans ma pensée, s’identifia1 ». Ces mots du narrateur de Combraydécrivent les tâtonnements du jeune homme qu’il fut, placé au seuil de sa vie, modelant ses désirs et ses apprentissages sur ses lectures, en chemin de reconnaître les liens qui unissent la forme des objets imaginaires aux spectacles du monde et aux expériences vécues. Cette phrase a ouvert tout un débat critique, qui a tourné essentiellement autour du souci de nommer l’auteur auquel elle faitallusion2 ; Michael Riffaterre a identifié la préférence du narrateur à Virgile, « sans trop d’arguments » selon Gérard Genette qui a mené une longue et belle enquête sur cet « écrivain préféré anonyme » (Flaubert, comme le suggère le pastiche ? Balzac ? Ruskin ? Racine ? Bergotte ? – en tout cas pas Virgile, précise le critique, qui n’est pas un « écrivain » mais un « poète »). Au cours de ce jeu depistes, Genette formule avant tout une leçon sur les conditions de l’interprétation d’un texte de fiction : il ne faut pas confondre l’écrivain préféré de Proust avec celui de Marcel, mais s’efforcer de reconstruire l’objet « écrivain préféré – paysage fluviatile » en intégrant à cet objet tous ses contextes.

¶2 Cette énergie d’élucidation peut cependant laisser insatisfait, si vaste est lepaysage alentours, et puissante la sollicitation que le geste philologique se doit d’ignorer. La citation de Proust, en effet, et l’entité « écrivain préféré – paysage fluviatile » elle-même, enferment une proposition esthétique aussi forte qu’énigmatique ; l’énoncé maintient l’anonymat de l’écrivain élu, oblige à l’indifférence, détourne du désir de désignation et nous encourage à méditer, sansnoms propres, sur ce que les lectures parviennent à transformer en nous et au-dehors. Il existe dans la vie sensible, suggère en effet le Narrateur, des moments où le réel semble rejoindre le souvenir esthétique, ou plutôt ce qui dans ce souvenir avait en le typifiant et en le généralisant modelé une attente ; des moments, autrement dit, où le monde nous apporte un « fragment », un pan, un exemplairedu paysage plus vaste et plus générique (de la « région ») qu’une œuvre avait déjà composé, resserré, et inscrit à l’état de possible à l’intérieur de nous. La description d’un paysage « fluviatile » avait en effet donné son signal de départ à une quête, inauguré (« depuis ») pour Marcel une attente de reconnaissance et d’adéquation ; comme si l’expérience des œuvres aimées et la façon dont ellesnous restent étaient en avance non seulement sur le vécu mais sur les formes maîtresses de ce vécu, comme si elles les modelaient et les attiraient à soi, comme si la lecture, donc, était capable d’imprimer une sorte de pente, de tournure ou de pli à notre vie intérieure – « la contrainte interne d’un pli mental3 ».

¶3 Quel rôle joue la « préférence » dans la formation de ce pli ? Qu’est-ceque faire une expérience « selon » un écrivain préféré ? C’est à cette figure particulière, plutôt qu’à une œuvre, que le texte rapporte ce chassé-croisé de la perception, de la lecture et d’une mémoire transformée en intention. L’écrivain préféré est certes le nom d’un emplacement dans l’histoire littéraire qui peut valoir, pour un lecteur donné, « toute la littérature4 » ; c’est aussi un mot depasse, qu’on échange volontiers avec d’autres en y mettant plus ou moins d’intensité intérieure, dans le conflit des goûts, la conversation mondaine ou l’amitié. Mais c’est surtout une personnalité, projetée comme telle sur une œuvre qui nous est adéquate et comme réservée, et dont la fréquentation imaginaire colore singulièrement la façon dont nous nous rapportons aux livres ; l’écrivain préféré...
tracking img