Poesie pas basee que sur les sentiments

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1013 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bonjour, tout d’abord merci d’avoir accepté notre invitation. Vous êtes ici pour nous parler de votre vie, et de votre œuvre : La Mare au Diable
Parlez nous de votre vie et de vos débuts ?
Mon nom est Amandine Aurore Lucile Dupin, je suis née à Paris le 1er juillet 1804. Je suis la descendante d'un oiseleur du Châtelet par ma mère, Sophie Victoire Delabore, et je suis par mon père, MauriceFrançois Dupin de Francueil, l'arrière-petite-fille du maréchal général de France, Maurice de Saxe Ma double ascendance, populaire et aristocratique, me marque profondément et explique donc mon engagement politique. Je suis romancière et femme de lettres françaises. J’ai écrit des romans, des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre, une autobiographie, des critiques littéraires, destextes politiques. Par la suite, en 1829 j’ai adopté un pseudonyme masculin, George Sand le seul nom sous lequel je suis connu aujourd’hui.
Pourquoi ce pseudonyme masculin ?
Il est très fréquent au 19ème siècle qu’une femme écrivain choisisse un pseudonyme masculin pour écrire. Le droit d’expression est d’avantage accepté lorsqu’un homme écrit plutôt qu’une femme.
Y-a-t-il beaucoup de rumeurssur vous ? comment vous caractérisez-vous ?
Beaucoup parle sur moi et je suis la seule femme écrivain dont les critiques parlent au masculin, je suis ainsi classée non pas parmi « les femmes auteurs » mais parmi « les auteurs », au même rang que Balzac ou Victor Hugo.
Votre choix vestimentaire se tourne plus vers des habits masculins, Pourquoi ?
J’explique lors de mon autobiographie qui senomme, Histoire de ma vie, que c’est d’abord pour des raisons monétaires que je me suis vêtue comme un homme. Je me suis trouvée fort démuni à mon arrivée à Paris et les frais d’habillement étant moindre pour les hommes et très élevés pour nous les femmes. C’ était bien plus économique que je m’habille en homme. De plus, cela renforce mon image de femme scandaleuse, libre et indépendante.
Unefemme scandaleuse, pourquoi ?
J’ai fait scandale par ma vie amoureuse agitée, par ma tenue vestimentaire masculine, dont j’ai lancé la mode, et par mon pseudonyme masculin.
Parlons de votre roman La Mare au Diable paru en 1846. Pour commencer Résumez nous brièvement l’histoire.
Orpheline de père à l’âge de 4 ans, j’ai grandi chez ma grand-mère paternelle. Je reste attachée à Nohant et à lacampagne. J’ai donc repris le thème de la vie pastorale dans ce roman champêtre, La mare au diable.
C’est donc l’histoire d’un jeune veuf, Germain, qui vit avec ses beaux parents et ses trois enfants. Son beau-père le pousse à se remarier pour le bien des enfants. Germain accepte de rendre visite à une veuve d’une région voisine qui cherche un nouvel époux.
Il accepte d’accompagner Marie, une jeunefille de 16 ans qui a trouvé une place dans une ferme de la même région. Un des enfants de Germain, Petit-Pierre, a réussi à les suivre. Marie s’occupe de lui comme une vraie mère.
Lors d’un orage, ils se réfugient dans la forêt et campent au bord d’une mare. Marie et Germain discutent, se confient et se rapprochent l’un de l’autre dans ce lieu d'enchantement.
Arrivés à destination, Germainfait face à une désillusion : la veuve a plusieurs prétendants, et celui-ci se sent humilié par cette compétition. De son côté, le propriétaire de la ferme tente d’abuser de Marie, qui fuit dans les bois avec le fils de Germain. Plus tard, Germain les retrouve et demande finalement Marie en mariage. Elle accepte de le prendre pour époux.
Que pouvez-vous nous dire à propos des personnages ?
Lespersonnages sont de simples paysans. À travers ce roman social, je cherche à donner une dignité littéraire à des personnages considérés comme frustes. Ils manifestent une grande élévation morale et possèdent une psychologie complexe.
Pourquoi avoir écrit ce roman ?
La vie simple des paysans, l'amitié, l'amour, les sentiments essentiels font l'objet de bon nombre de mes romans.

Que découvrons...
tracking img