Politique de l'emploi : l'exemple du danemark

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1086 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Macroéconomie
le marché du travail
Commentaire de texte
Politiques de l’emploi : l’exemple du Danemark ?

La lutte contre le chômage est l’un des objectifs majeurs de la politique économique globale. Les rigidités du marché du travail s’opposent à la réduction du chômage et des réformes de structure, des politiques de l’emploi sont souvent nécessaire. L’objectifs d’une politique del’emploi est de favoriser le contenu en emploi de la croissance en augmentant le nombre d’emploi crée pour un taux de croissance donné. Cependant les moyens utilisés sont divers, les politiques multiples voire même contraires. Le modèle Beveridgien anglo-saxon, le modèle social-democrate, le modèle scandinave ou encore le modèle japonais et leurs variantes sont les principaux. Le modèle danois,lui, a réussi à réduire de moitié le taux de chômage au Danemark et il jouit maintenant de l’un des taux d’emploi le plus élevé au monde, il a donc retenu l’attention des économistes et des décideurs politique. Nous étudierons ce dernier puis on se demandera quels enseignements on peut en tiré pour le modèle français.

Le modèle danois peut se résumer en un mot : « flexisécurité », contraction deflexibilité et de sécurité. En effet ce système combine un taux d’emploi élevé, un marché du travail flexible et une protection sociale décente. C’est en un sens un compromis entre la volonté des entreprises, les employeurs souhaitant un haut niveau de flexibilité (c’est à dire une gestion de la main-d’œuvre permettant d’adapter le niveau de production et d’emploi en fonction des évolutionsrapides de la demande) et la volonté des employés désirant un niveau de sécurité décent, « synonyme de garantie » (l.2).
Selon l’article ligne 7 « Le système (…) combine une grande facilité de licenciement pour les entreprises (flexibilité) à des indemnités longues et importantes pour les sans-emplois (sécurité) ». Plus précisément, il s’agit d’une grande facilité à licencier rendue possible grâce ades préavis très court, 5 jours pour les ouvriers du bâtiment, mais aussi d’une grande facilité a à embaucher (coûts salariaux attractifs, emploi subventionnés …).
Aussi les indemnités sont effectivement longue et importantes pour les sans emploi puisque le chômeur perçoit 90% de sont salaire pendant quatre ans, sans dégressivité, mais en contrepartie de suivre une formation professionnelle aumoins « pendant les six premiers mois sans emploi », une aubaine pour le secteur de la formation professionnelle.
Ce système est surement inspiré du modèle plutôt libéral des pays anglo-saxons où les chômeurs doivent travailler en contrepartie de leurs allocations (avant, dans la pensée anglo-saxonne un chômeur est sans emploi le plus souvent par fainéantise ou manque d’initiative). EnGrande-Bretagne par exemple, les chômeurs doivent accepter le travail qu’on leur propose sous peine de voir leurs allocations suspendues. Aux Etats-Unis, l’allocation est délivrée par des travaux d’utilité collective. Au Danemark aussi, les jeunes et les chômeurs de longue durée perdent leurs allocations dés qu’ils refusent un emploi, même mal payé ou au dessous de leur niveau de qualifications.
Pourcertains économistes, ces politiques reviennent à forcer les chômeurs à accepter des « macjobs » et des salaires faibles mais ne résolvent pas le problème puisque même si le nombre de chômeurs diminue le nombre d’individu en situation de précarité stagne. D’autres ne voient là qu’une « thérapie inutile servant seulement à occuper les chômeurs. »



Evidemment, un pays ne peut plagier lapolitique de l’emploi d’un autre pays mais seulement s’en inspirer plus ou moins. Les français ont fait des choix différents de ceux du Danemark en matière de politique de l’emploi.
Le Danemark suit une politique proche du laisser-faire d’Adam Smith concernant la facilité d’embauche et de licenciement (souplesse) alors qu‘en France le licenciement et même l’embauche restent délicat (rigidité)....
tracking img