Politique monetaire en haiti; regle ou discretion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2710 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La politique monétaire de tout pays du monde a évolué ces dernières années et c’est selon l’objectif de la stabilité des prix et la stimulation de l’économie qu’elle a connu cette évolution. En effet, l’état central par les pouvoirs qui lui sont conférés, doit s’assurer que tous les mécanismes mis en place pour le fonctionnement de la société, en cherchant à maximiser au mieux la satisfaction desindividus qui la composent, soient les plus appropriés ou plus fiable. Partant donc de cet objectif, les autorités en la matière se doit d’asseoir cette politique sur des bases solides (arguments/moyens).

Les notions de règles ou de discrétion sont deux manières qu’elles peuvent procéder. L’une reposant sur des normes connues de tous ayant une finalité clairement dévoilée et une marche àsuivre précise. Et l’autre, plus méticuleuse que la première, est fondée sur des normes péremptoires.

Selon l’une ou l’autre, la finalité définit le choix fait. Mais, d’après essentiellement des courants académiques cherchant à identifier les règles opérationnelles de politique monétaire susceptibles de limiter au maximum, voire de supprimer le recours à la «discrétion», la politiquemonétaire tend vers un agencement ou des fondements qui mettent en relief les biens fondés des mesures.

Sommes-nous en mesure, par les résultats obtenus, de dire quelle est la méthode la plus appropriée? Ou du moins dans quelle mesure ou à quel niveau entre une politique monétaire réglée et une dite discrétionnaire les objectifs généraux de toute action sont respectés et ont abouti?

Plano Revue de la littérature.

• Politique monétaire (histoire et objectifs).

• Politique monétaire (règles ou discrétion).

o Contexte Haïtien.

• Politique menée par la banque centrale (2007-2008).

o Questionnements et limites.

• Les limites de la politique monétaire.

• La question du temps dans le choix des politiques.• Le choix de règles ou de discrétion.

1-

• La politique monétaire est l'action par laquelle l'autorité monétaire, en général la banque centrale, agit sur l'offre de monnaie dans le but de remplir son objectif de stabilité des prix. Elle tâche également d'atteindre les autres objectifs de la politique économique, qualifié de triangle keynésien : la croissance, le pleinemploi, l'équilibre extérieur. Elle découle du fait que des écoles de pensée se sont affrontées sur la provenance de la création de la monnaie. Avec les accords de Bretton Woods, un système international, axé sur la politique du taux de change, qui fixe les formes de politique monétaire prend naissance. Ses objectifs s’articulent autour des quêtes aussi vielles que les objectifs qui visent le bienêtre général.
D'après la théorie économique moderne, le but de la banque centrale est de maximiser le bien être économique des ménages (Mishckin). Ainsi, on attribue généralement deux objectifs principaux à la politique monétaire : la stabilisation des prix et la stimulation de l'activité économique. Ces deux objectifs sont étroitement liés, et non incompatibles comme on pourrait le penser,la stabilité des prix étant un préalable à une activité économique soutenue.
Cependant, si on admet qu'il n'existe pas d'arbitrage à long terme entre stabilité des prix et activité économique car la monnaie est neutre à long terme (la « Courbe de Phillips » de long terme est verticale), l'unique objectif de long terme de la banque centrale doit être le maintien de la stabilité des prix.Dans cette hypothèse le niveau de croissance potentiel dépendent de facteurs multiples (productivité, stock de capital...) sur lesquels la politique monétaire n'a aucun impact.

• Depuis la fin des années soixante dix, la lutte contre l’inflation est devenue la priorité des banques centrales au niveau mondial. En effet, les règles sont apparues dans ces mêmes années et aussi à la...
tracking img