Politique pouvoir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4183 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
D'abord, qu'est-ce que la politique? C'est-à-dire, la politique en tant que fait. La politique est une activité en relation avec le pouvoir.
La politique a son propre domaine: le domaine du pouvoir. Donc elle n'est pas de la morale, elle n'est pas de l'esthétique, elle n'est pas de l'économie. La politique est une manière de penser, tout comme le sont ces dernières. Chacune de ces formes depensée isole une partie de la totalité du monde et en revendique la possession. La morale fait la distinction entre le bien et le mal, l'esthétique entre le beau et le laid, l'économie entre l'utile et l'inutile (dans sa phase ultérieure purement commerciale, ceux-ci s'identifient au profitable et au non-profitable). La manière dont la politique divise le monde est entre l'ami et l'ennemi. Ceux-ciexpriment pour elle le plus haut degré possible de proximité, et le plus haut degré possible de séparation.

La pensée politique est aussi séparée de ces autres formes de pensée qu'elles le sont entre elles. Elle peut exister sans elles, elles sans elle. L'ennemi peut être bon, il peut être beau, il peut être économiquement utile, commercer avec lui peut être profitable -- mais si son activitérelative au pouvoir concurrence la mienne, il est mon ennemi. Il est celui avec qui des conflits existentiels sont possibles. Mais l'esthétique, l'économie, la morale ne se préoccupent pas de l'existence, mais seulement de normes d'activité et de pensée une fois que l'existence est assurée.

Alors qu'en matière de fait psychologique, l'ennemi est facilement représenté comme laid, nuisible etmauvais, cela est cependant subsidiaire en politique, et ne détruit pas l'indépendance de la pensée et de l'activité politiques. La distinction politique, du fait qu'elle se préoccupe de l'existence, est la plus profonde de toutes les distinctions et a donc une tendance à rechercher tous les types de persuasion, de contrainte et de justification pour pouvoir mener à bien son activité. L'intensitéavec laquelle cela arrive est en rapport direct avec la pureté de la pensée politique des dirigeants. Plus leurs conceptions contiennent de morale, d'économie ou d'autres manières de penser, plus ils utiliseront la propagande en même temps que ces idées, pour atteindre leurs objectifs politiques. Il peut même arriver qu'ils ne soient pas conscients que leur activité est politique. Il y a toutesles apparences que Cromwell se considérait comme un chef religieux et pas comme un chef politique. Une variante fut fournie par un journal français qui attisa l'esprit guerrier de ses lecteurs en 1870, en exprimant l'espoir que les «poilus» rapporteraient de Prusse des charrettes remplies de femmes blondes.

D'un autre côté, la propagande japonaise destinée à sa population civile pendant la2ème Guerre Mondiale mit presque entièrement l'accent sur la nature existentielle, c'est-à-dire sur la nature purement politique du combat. L'autre peut être laid, mauvais et nuisible, et cependant ne pas être un ennemi; ou il peut être bon, beau, utile, et cependant être un ennemi.

L'ami et l'ennemi sont des réalités concrètes. Ils ne sont pas figuratifs. Ils ne sont pas associés à des élémentsmoraux, esthétiques ou économiques. Ils ne décrivent pas une relation privée d'antipathie. L'antipathie ne fait pas nécessairement partie de la distinction politique entre l'ami et l'ennemi. La haine est un phénomène privé. Si des politiciens inoculent à leurs populations la haine de l'ennemi, c'est seulement pour leur apporter un intérêt personnel au combat public, qu'ils n'auraient pasautrement. Entre des organismes supra-personnels, il n'y a pas de haine, bien qu'il puisse y avoir des luttes existentielles. La distinction amour-haine n'est pas politique et n'interfère en aucun point avec la distinction politique ami-ennemi. Alliance ne signifie pas amour, pas plus que guerre ne signifie haine. Penser clairement dans le domaine de la politique demande d'abord une forte capacité de...
tracking img