Politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (380 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Insécurité, terreur et manque d`informations : un premier bilan sur la presse dans la bataille d`Abidjan

Après six jours de combats pour le contrôle de la capitale économique ivoirienne, Reporterssans frontières propose un premier bilan sur la presse pendant la bataille d'Abidjan.

Tous les éléments d'une véritable guerre de communication, en parallèle aux combats, ont été réunis : latélévision et la radio nationales, objets de convoitises, utilisées à des fins de propagande, ont finalement été bombardées ; le climat sécuritaire a rendu la couverture des événements très périlleuse etnourri la diffusion de rumeurs et d'informations difficilement vérifiables ; des menaces ciblées ont visé des journalistes, les faisant basculer dans la psychose.

La RTI au cœur du combat

Dès lespremières heures de leur offensive, le 31 mars, les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), fidèles à Alassane Ouattara, ont fait de la Radio-Télévision Ivoirienne (RTI), contrôlée jusque là parle pouvoir de Laurent Gbagbo, un objectif stratégique. Les combats entre les FRCI, d'un côté, et les Forces de défense et de sécurité (FDS, fidèles à Laurent Gbagbo), de l'autre, ont endommagé leslocaux et les équipements, de telle sorte que la RTI ne pouvait plus émettre à partir de son siège, situé dans le quartier de Cocody. La nuit du 31 mars au 1er avril, et une partie de la journée du 1eravril, le signal de la chaîne était coupé.

Les programmes ont repris dans la soirée du 1er avril. Emettant depuis un camion mobile, la RTI a diffusé des messages de propagande appelant les Jeunespatriotes à la mobilisation pour défendre Laurent Gbagbo et les "institutions de la République", et dénonçant l'intention de la France de perpétrer "un génocide" en Côte d'Ivoire.

Le 4 avril, dans lasoirée, la télévision et la radio nationales ont fait partie, avec le palais présidentiel, au Plateau, et la résidence de Laurent Gbagbo, à Cocody, des dix-neuf cibles bombardées par les...
tracking img