Politiques culturelles - paris x

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 86 (21269 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 septembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Politiques Culturelles

Arts et pouvoirs
Culture, Politique, politiques culturelles
Le politique c’est une discipline dans sa spécificité. Le politique c’est les phénomènes de pouvoir, on cherche à repérer ce qui constitue une position de pouvoir légitime. Les termes les plus importants dans l’étude du politique sont la légitimité et la souveraineté. La souveraineté s’exprime par lalégitimité. Le politique / la politique c’est faire la différence entre Policy et Politics. C’est séparer l’analyse des phénomènes (Politics) et les politiques publiques (Policy). Les politiques publiques c’est un ensemble de mesures et de dispositifs cadrés par des textes et exprimés par des discours qui tentent d’appliquer / de réaliser la volonté générale dans un domaine ou un champ particulier.Politiques publiques = volonté / intérêt général / concret, dispositifs, mesures (pas juste des intentions) / discours qui leur donne une signification / textes qui fixent les principes dans la réalité juridique. Pour une date de début : dans chaque pays la réponse est différente. En France, François 1er, Louis XIV ou Napoléon avait déjà un grand dessein national, pour autant on ne peut pas parler depolitiques culturelles car ce n’est pas pour un intérêt général mais en représentation d’un pouvoir absolutiste. Le débat sur ces politiques est, pour certains sociologues, indissociable des politiques publiques (Pour Urfalino c’est la Maison de la Culture de Malraux qui aurait inventé les politiques culturelles, pour Ory cela remontrait au Front Populaire). Ces idées se développent en parallèle avecl’épanouissement de l’Etat providence. On en voit la preuve dans l’organisation des gouvernements. Sous Napoléon trois ministères dominent (Guerre, Affaires extérieures, Affaires intérieurs). Les affaires intérieures avaient la tutelle sur les musées, les renseignements généraux, les pompiers, les transports… c’est de ce ministère que vont sortir tous les autres par scission et fusion. Champ culturel: pour Bourdieu le champ c’est un espace de conflits et de rapports de force dans lequel les agents, de façon consciente ou inconsciente, occupent des positions de pouvoir, les conquièrent et les consolident, en s’efforçant de fixer eux-mêmes les délimitations de leur champ. Le champ culturel est un terme de Blanchard, c’est un monde imaginaire. La culture prolifère, parler de champ n’est pasvraiment possible. Domaine serait plus juste car il peut supporter une définition précise (juridique) mais aussi une définition minimale (affaires traitées par le ministère de la culture). Juridiquement définit, institutionnellement balisé. Qu’est ce qui relève de la culture ? C’est Malraux qui a absolument tenté de le définir. Il y a selon lui une religion laïque de la culture. Il a une visionuniverselle de la culture. Que fait un ministre de la culture ? De la communication d’abord. « Nous n’avons pas d’art nous nous efforçons de faire des choses belles », proverbe balinais. La définition de la culture est le reflet d’une civilisation, elle varie.

Anthropologie, philosophie, sociologie de la culture
L’anthropologie : situation de l’homme dans son milieu. La première délimitation c’estcelle entre culture et nature. Seuls les anthropologues ont montrés comment les deux s’interpénétraient. La nature est une 2

Emmanuel Wallon interprétation constante. Chez les Inuits il y a des variétés infinies pour la couleur de la neige par exemple. Le sociologue parle plutôt d’environnement et d’héritage, de patrimoine et d’entourage. C’est la façon dont se construit un ensemble deconnaissances, croyances, récits qui permettent à l’homme d’habiter son monde. Ça ne veut pas dire que le milieu est fixe. Malinowski, la culture est l’ensemble des manières d’interpréter et d’habiter un environnement. Font partie de la culture les productions du savoir, les œuvres de fiction autant que les usages quotidiens dès lors qu’ils marquent une spécificité ou qu’ils ont été transmis par le...