Politiques sociales en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2914 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La politique sociale
Les objectifs
La mise en place de l’ État providence à la suite de la seconde guerre mondiale va se concrétiser par un rôle plus important de l’ État dans la vie économique mais également dans la vie sociale. C’est tout l’enjeu de ce que l’on appelle la politique sociale. Ce qu ‘il est important de comprendre ce sont les justifications des interventions de l’ État dans ledomaine social.
Pourquoi l’ État prend-il en charge les pauvres ? la santé ? Pourquoi se préoccupe-t-il des inégalités ? Pourquoi intervient-il dans le domaine social ?
Il s’agit d’un souci de justice sociale ce qui va nous amener à distinguer 3 termes importants :
-assistance
-assurance
-solidarité.
Le souci de justice sociale.
Il y a 2 types de redistribution :
- horizontale
- verticaleLa justice est un principe moral, lié à des normes, à une culture, ici occidentale.
La justice est un objectif que l’on cherche à atteindre. La justice est un principe moral qui vise à attribuer à chacun ce qui lui est du.
A partir de cela il y a 2 conceptions de la justice sociale :
- une conception en terme d’égalité voir d'égalitarisme. C'est l'approche de J.J Rousseau
- une conceptionen terme d’équité. C'est l'approche de Tocqueville
* La recherche de l’égalité
Il faut combattre les inégalités de toutes sortes (entre riches et pauvres ; inégalité liée au sexe…)
L’égalité est un principe fort : si il y a des inégalités, il ne peut pas y avoir de démocratie.
A partir du moment où l’on veut promouvoir l’égalité alors l’ État va se donner les moyens de réduire les inégalités.L’égalitarisme est une politique qui vise à promouvoir l’égalité.
Un des instruments représentatifs de l'égalitarisme est la redistribution verticale.
Ex : impôt sur le revenu. On va grâce à l’impôt prendre plus aux riches et moins aux pauvres. La redistribution verticale va consister alors à réduire l’écart par l’utilisation de l’impôt progressif.
Si l’on à 2 revenus tels que R1>R2 alorsI1/R1>I2/R2 et (R1-I1)-(R2-I2)recettes ou bien prestations sociales>cotisations sociales). Nous pouvons donc dire que la Sécurité sociale endette la France.
 Doc 61 p292 :
Ce document nous apporte une analyse du déficit de la Sécurité Sociale depuis l'année 1981. La Sécu est réellement en déficit à partir de 1986 et il s’accroît.
Conclusion : notre système de protection sociale est très bienmais coûte trop cher !!
FAUT IL DIMINUER LES REMBOURSEMENTS ? ou FAUT IL AUGMENTER LES COTISATIONS SOCIALES ?
 sachant que si on augmente ces derniers un problème se pose, celui des coûts salariaux !! : une hausse des cotisations sociales entraîne automatiquement , pour une entreprise une hausse des coûts salariaux c’est à dire le prix que coûte un salarié. Si ce coût augmente alors, lesentreprises n’embauchent plus mais au contraire elles licencient (effet pervers).
Doc 62 p293 :
 Pourquoi ce déficit chronique ?
../images/po&so_1.gif../images/po&so_1.gif
Sur ce schéma, nous constatons que la hausse des dépenses de santé est liée à la hausse du niveau de vie, à la hausse du nombre de médecins(=> augmentation des prescriptions) et au vieillissement de la population. Leralentissement de la croissance est un facteur de chômage et de hausse de dépenses car la crise financière fait que les gens se sentent moins bien donc vont voir les médecins.
Aujourd’hui la Sécurité sociale est excédentaire car notamment elle a de nouvelles recettes : des impôts plus particulièrement la CSG (Contribution Sociale Généralisée) => ce n’est plus vraiment une logique d’assurance mais plutôtd’assistance. Des restrictions sur les dépenses ont été également organisées.
pour aller plus loin : la réforme de l'État en cours en France
une crise d'efficacité
deux exemples : l'un tout à fait réel qui inquiète de ce fait, l'autre théorique qui questionne également mais pour des raisons de vraisemblance !
doc 63 p. 293 : depuis près de 15 ans les garanties des chômeurs s’amenuisent

Il...
tracking img