Polysemie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
POLYSEMIE ET HOMONYMIE / SENS PROPRE ET SENS FIGURE

La polysémie et l’homonymie : concernent l’aire sémantique d’un mot (ensemble des significations qu’il est susceptible d’avoir). L’expression champ sémantique dans ce sens est ambiguë car elle peut désigner un ensemble de mots distincts partageant certains traits sémantiques communs.

I) Polysémie et homonymie :

1) Polysémie etmonosémie

a) Définition de la monosémie :

Un monosème ou terme monosémique est un terme qui n’a qu’un seul sens ; rapport univoque entre signifiant et signifié. Ce rapport n’est ni général, ni exceptionnel.

Les monosèmes relèvent généralement du lexiques des sciences et techniques.

Ex de Nyckees : hectolitre, alcaloïde, neurotransmetteur
Ex de Niklas-Salminen et de Picoche  :avoine, avorteur, azalée, azote, cajou, calame, cyme, estompe, orchidée, mononucléose, ordinateur.

Ces mots apportent au contexte dans lesquels ils se trouvent beaucoup d’informations. Par contre, le contexte ne sert pas à l’interprétation de ces mots qui n’étant pas ambigus n’ont pas besoin d’être désambiguisés.

Cependant, un monosème peut fréquemment devenir polysémique pour peu que safréquence augmente dans l’usage.

Ex de Nyckees : épicentre
Oxygène : la musique c’est mon oxygène (augmentation à la faveur de la pollution des villes, de nouveaux emplois figurés de respirer, étouffer ; de la conscience écologique qui augmente etc)

Ex de neurone : il y a cent ans, c’était un terme technique ; aujourd’hui, grâce à l’instruction plus grande de lapopulation, tout le monde sait ce qu’est un neurone. Neurone a développé un grand nombre de connotations (pas avoir de neurones)

Ex de résilience : capacité d’un métal à recouvrer sa forme après avoir subi une opération. Terme forgé par l’éthologue Cyrulnik qui s’est rapidement étendu dans les médias.

Dans les exemples cités, certains connaissent une certaine polysémie en discours, mêmesi les autres acceptions ne sont pas lexicalisées : ordinateur par exemple connaît parfois des emplois figurés du fait de ses connotations. (Si la mort me programme, sur son grand ordinateur ( idée d’agencement, de calcul, d’impassibilité (absence de sentiments).

b) Définition de la polysémie 

Un mot polysémique est un mot qui rassemble plusieurs sens entre lesquels les usagers peuventreconnaître un lien. (Nyckees)

Les emplois d’un signifiant donné reposent sur un certain contenu sémique commun, mais se ramifient en des acceptions diverses.

Ex : Pierre a-t-il fini son devoir ? Le sauveteur a déclaré qu’il n’a fait que son devoir.
S’opposent mais se rejoignent en ce qu’ils participent tous deux de la notion d’obligation.
(ex de Nyckees)

Sentiment de polysémie : pasde fondement autre que l’intuition des usagers qui perçoivent une certaine parenté de sens entre les deux acceptions de devoir.

2) Homonymie :

a) Définition de l’homonymie

Homonymie : relation entre deux ou plusieurs termes ayant le même signifiant, mais des signifiés radicalement différents. (Niklas Salminen)

Dans tous les cas, homonymie suppose une absence de relation sémantiquevraisemblable.
Les deux mots ne présentent pas plus d’affinité sémantique que n’importe quels mots du dictionnaire pris au hasard.

Ex : voler (dérober / se déplacer dans les airs), angl : bank (institution financière/ rivage), verre / ver.

L’homonymie s’oppose à la polysémie dans la mesure où il s’agit d’une une relation entre plusieurs mots, alors que la polysémie est la propriété d’unseul et même mot doté de plusieurs significations.

Il y aussi homonymie grammaticale si deux affixes ont la même forme sans avoir de rapports en synchronie :
-eur dans blancheur / campeur. Quand le genre est différent, généralement, on ne considère pas qu’il y a homonymie (le livre / la livre).

b) Cas particuliers :

Homographie : homonymes ayant la même graphie, orthographe (parent,...
tracking img