Portrait de gargantua

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3431 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Portrait de Gargantua

Gargantua est né de l'imagination de François Rabelais en 1534. Nous sommes alors dans l'Humanisme, un mouvement qui se développe à partir du XVIème siècle dans toute l'Europe, redécouvrant les grands textes de l'Antiquité. Il met l’Homme et les valeurs humaines au cœur de ses questionnements. Rabelais est un grand auteur de ce mouvement: nous retrouverons de nombreuxthèmes humanistes dans Gargantua telle qu’une réflexion politique et religieuse, mais aussi le recentrement sur l'homme, l'intérêt pour son corps et son esprit. En effet, nous dresserons dans un premier temps le portrait du géant Gargantua, en s'intéressant d'abord à son aspect physique, élaboré de manière rigoureuse et architecturale. Dans un second temps, nous nous intéresserons au portraitpsychologique de Gargantua à travers son éducation. Enfin, nous aborderons ses relations avec les autres personnages et les impacts sur sa personnalité.

I Le portrait physique de Gargantua :

Les conditions burlesques de sa naissance :

Les cinq premiers chapitres reprennent les éléments du récit d'une naissance héroïque, dans des conditions burlesques. En effet, Rabelais met en placele gigantisme du héros : sa mère, Gargamelle, le porte jusqu'au onzième mois, ce qui donne l'occasion à l'auteur à la fois d'ironiser sur la crédulité des juristes (qui considèrent comme légitime un enfant conçu deux mois après la mort de son père...) et contre les femmes, dans la lignée de la "querelle des femmes" qui fait rage à ce moment. C’est donc par ironie que Rabelais nous invite à croireque Gargantua est né de l’oreille de sa mère, un trois février. Et pour marquer la dérision de son discours, il déploie de manière parodique les arguments des illuminés. La naissance apparaît comme une description scientifique du phénomène, alors que tout y est exagéré : Elle relève du registre fabuleux, où le héros s'apparente à un dieu (comme Athéna née du crâne de Zeus, ou Dionysos sorti de sacuisse...).

Le chapitre VI reprend le rythme "normal", dans un cadre davantage réaliste, qui suit la naissance :

D’abord, le premier cri du nourrisson.
Puis la donation du nom, Gargantua, provenant de la première parole de son père à sa naissance : « Quel grand tu as !», en référence à son gosier.
Enfin, l’allaitement par biberons (la mère n'ayant pas assez de lait).

On remarquequelques traits caractéristiques de l'époque : jusqu'à vingt-deux mois, l'enfant reste enfermé et emmailloté.

Pourtant, l'aspect réaliste est aussitôt démenti par le caractère gigantesque du bébé :
Dès son arrivée au monde, le gigantisme physique caractérise Gargantua : l'enfant naît de l’oreille de Gargamelle et pousse un "cri horrible" dès son arrivée au monde ; pour le nourrir, il faut 17 913vaches ; sa mère, si elle l'avait allaité, aurait dû tirer de son sein 1400 pipes de lait à chaque tétée [la pipe est une mesure de capacité variable, d'environ 270 litres] ; il est pourvu de dix-huit mentons (l'embonpoint était considéré comme signe de santé, et non d'obésité. Mais l'on se "contentait" en général de deux ou trois mentons...), et il faut une charrette à bœufs pour le transporter !De plus son appétit est amplifié. Sa goinfrerie qui fait de lui un être démesuré en plus de sa taille. Son premier cri est "À boire !", ce qui enchante son père au lieu de l'inquiéter ; tous les éléments de gigantisme touchent d'abord à sa voracité : le géant est d'abord quelqu'un qui mange et/ou boit. D'où l'insistance sur les quantités astronomiques de lait, et surtout de vin, dont il estabreuvé dès son plus jeune âge au point de le rendre quelque peu incontinent.

Rabelais insiste sur la prolifération carnavalesque du corps, de la nourriture, du vin, et de leur corollaire. Laquelle n'est nullement dévalorisée, mais au contraire glorifiée, dans
l'inversion du "haut" et du "bas" typique du Carnaval.

"Il estoyt merveilleusement phlegmaticque des fesses [...] au seul...
tracking img