Poséidon dans l'odyssée d'homère

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1527 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Poséidon dans l'Odyssée d'Homère

L’Odyssée est une épopée attribuée à l’aède Homère déterminée comme faisant partie des genres nobles au côtés de la tragédie et de la poésie par Aristote dans La Poétique. Elle est écrite en vingt-quatre chants vers la fin du VIIIe Siècle avant J.-C. Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale et un des deux poèmesfondateurs avec l’Iliade, de la civilisation européenne. De son auteur, on ne sait que très peu. Homère fut le premier poète grec dont les œuvres nous sont parvenues. L’histoire de L’Odyssée est en fait une très ancienne légende grecque, celle du héros Ulysse vainqueur de la guerre de Troie, désireux de retrouver son chemin vers sa patrie: Ithaque. Les Dieux sont très présents dans cette épopée, etinscrivent celle-ci dans une dimension mythique et mythologique. Certains Dieux sont favorables au retour d'Ulysse vers sa patrie, Mais d'autres y semblent totalement opposés, comme le Dieu Poséidon.
Quelle est sa place en tant que personnage dans les chants V à XIII de l'Odyssée ? Tout d'abord par son statut, et enfin par le pouvoir qui incarne.

Poséidon est un des personnages del'Odyssée. Les chants au programme évoquent son statut de Dieu de la mer et enfin de père du Cyclope Polyphème.

Dans la Grèce antique, On croyait en l'existence de différents Dieux. Les Dieux de l'Olympe avaient chacun un domaine dans lequel ils excellaient. Dans le chant V, Poséidon est qualifié d' "Ebranleur de la Terre": en effet nous pouvons comparer cette épithète homérique à une métaphoredésignant les vagues dont il est maître qui s'échouent en rafale sur la terre ferme. Ainsi, parmi les dieux de l'Olympe, Poséidon est celui qui règne sur la mer et les tempêtes. Il contrôle donc les éléments tels que les nuages, l'eau, et les quatre vents :"Notos, Euros, Zéphyre hurlant, Borée d'azur". Tel un roi et ses destriers, on peut comprendre la métaphore "Il fouetta ses chevaux de belles crinières"par la comparaison des vagues à des "chevaux", et de l'écume de celles-ci à de "belles crinières". Au chant IX, le cyclope donne des précisions sur l'apparence physique de Poséidon: "Poséidon aux cheveux bleus". Ce bleu peut aisément définir la couleur de l'eau dont il est le maître incontestable. Ainsi, Poséidon peut être qualifié de Dieu de la mer.

Un autre statut est attribué à Poséidon:celui de père. En effet au chant IX, après avoir été aveuglé par Ulysse, Polyphème le Cyclope reçoit la visite des autres Cyclopes de l'île qui ont entendus son cri de douleur. Ulysse ayant usé d'une ruse sur son nom, les Cyclopes ne comprennent pas le mal être de Polyphème qu'ils ne voient pas, et lui demandes solennellement "Implore donc plutôt le seigneur Poséidon, ton père !". C'est ainsi quelecteur prends conscience dans les chants au programme de la relation familiale entre le Dieu de la Mer et Polyphème. Ce dernier semble être septique sur cette parenté, toujours dans le même chant IX, lorsqu'il l'apprend à Ulysse: " Il prétend m'avoir engendré ". Cette formulation peut laisser entendre le manque d'implication et de présence de la part de Poséidon en tant que père.

Poséidons'ancre dans cette épopée par un statut largement détaillé, Faisant ainsi référence à un pouvoir incontestable dans les chants V à XIII.

Poséidon est un Dieu maître de l'eau qui sépare les Terres, de ce fait son pouvoir est étendu par des caractéristiques particulières, par cette crainte et se respect qu'il impose, et par cette violente haine qu'il ressent envers Ulysse.

Le pouvoir de Poséidonest défini par une force incontestable et ce dès le premier des chant au programme. L'assonance en -T- et -P- présente dans ces vers: "Le Puissant Poséidon souleva une énorme, terrible lame, en voûte" représente parfaitement la force déployé par celui-ci. De même, l'hypotypose "il rallia les nuages, troubla la mer, trident en main; des quatre coins de l'horizon il déchaîna les quatre vents, et...