Pour les dissertations gratuites

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (936 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour produire chez son lecteur des réactions passionnées semblables à celles que demandait La Défense et Illustration de la langue française, Du Bellay construit une situation de dialogue : desadresses explicites (sonnet 78), des interrogations posées à tel ou tel (sonnets 14 et 33), ou même la fiction d’une prise de parole par le destinataire (sonnets 18 et 75). La poésie permet la maitrise despassions du destinateur parce qu’elle en assure pleinement l’énonciation; elle peut ainsi « enchanter » les « ennuis » (sonnet 11). Refuser la fureur (sonnets 7, 13, 21 et 42), c’est une manière decondamner son passé poétique et de se séparer d’une tradition qui remonte à Homère et à Lucrèce, et dont la théorie, présente chez Platon, est exprimée nettement par Ovide : « Il y a un Dieu en nous,nous brulons lorsqu’il s’agite ». Platon énumère les 4 fureurs dans Phèdre et celle qui concerne la poésie est accordée par les Muses. C’est une des raisons pour lesquelles Du Bellay souligne saséparation d’avec elles (sonnet 6) après les avoir comparées à ces tentations fallacieuses que représentent les Sirènes (À Monsieur D’Avanson v.45 à 48). Si le poète pardonne au « plaisant labeur » (sonnet13), il présente dès le deuxième sonnet qu’il ne se soumettra pas aux contraintes. Il s’agit en effet de retrouver le naturel, la « naïveté », qui permettra la manifestation du don, cette dispositionpermanente assurant l’aisance dans l’écriture. Cette « fureur plus basse » conduit à un mouvement d’ascension vers le souverain bien que l’on perçoit dans les sonnets dédiés à Marguerite. La poésieopère un détachement du sensible conduisant à un ravissement et à une conversion. La fureur ne permet pas de gagner l’immortalité (sonnet 7) : n’étant qu’une « douteuse espérance » (sonnet 53), elle doitêtre refusée (sonnet 4) au nom de la réalité de la mort, « éternelle nuit » (sonnet 53), et donc au nom de la réalité que représente le « fardeau de notre humanité » (sonnet 184). La poésie se...
tracking img