« Pour les héros de théophile gautier, n’importe quelle vie enflammée vaut mieux que la vie banale. »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1479 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Pour les héros de Théophile Gautier, n’importe quelle vie enflammée
vaut mieux que la vie banale. » Müza Bianconi

Dans ce commentaire, Müza Bianconi aborde un sujet central des contes fantastiques
de Théophile Gautier. Pour saisir la signification profonde de cette phrase, il est essentiel de définir les termes utilisés. Tout d’abord on pourrait interpréter l’adjectif « enflammée »comme qualifiant une vie mouvementée, ardente et passionnée. Pour les héros de Théophile Gautier, la vie enflammée est effectivement une vie pleine de passion, mais elle n’est accessible que dans un monde imaginaire. Lorsque les personnages principaux se laissent emporter par le courant de leurs rêves, ils découvrent une autre vie et font la rencontre de l’amour et ainsi de la femme idéale. MüzaBianconi affirme que cette vie vaut mieux que la vie banale. À première vue, le mot « banale » est un synonyme de « commun » ou « ordinaire ». Mais associé aux mots « la vie », cet adjectif prend toute son importance car il signifie la vie qui vient du monde terrestre, c’est la vie quotidienne que les héros de Théophile Gautier mènent dans la réalité. Si l’on voulait formuler d’une manière différentela citation de Müza Bianconi, on pourrait écrire tout simplement que pour le héros de Théophile Gautier, n’importe quelle vie issue de son imagination, vaut mieux que la vie ordinaire sur terre. Ainsi maintenant, nous pouvons nous débarrasser de toute hésitation ou interrogation sur le sens des mots et de leurs représentations.
Dans les contes fantastiques, les héros font l’expérience d’une viepassionnée après avoir mené une existence banale à laquelle d’ailleurs ils sont obligés de revenir malgré eux. Peut-on alors dire avec Müza Bianconi que pour eux n’importe quelle vie enflammée vaut mieux que la vie banale ?
Il ne faut pas oublier que Théophile Gautier est un écrivain du romantisme et on peut en apercevoir les caractéristiques tout au long du récit. Un trait marquant du romantismeest l’idéal d’absolu. Tous les héros de Théophile Gautier, poursuivant un amour impossible, sont à la quête d’une femme idéalisée qui est elle inaccessible. Donc lorsqu’ils l’ont enfin trouvée, ils ne peuvent pas s’en détacher. Aucune question à ce moment-là ne se pose pour eux, il est clair que de vivre aux côtés de la femme idéale en ayant des sentiments intenses, extrêmes vaut mieux qu’une vieoù l’on ne connaît pas l’amour, et cela même si cet amour fait partie d’un rêve, d’une illusion. On peut constater dans tous les contes, que le déclencheur du passage entre le réel et le fantastique, se fait à partir d’un élément artistique et historique. Dans la cafetière et dans Omphale, la femme idéale, prend vie à partir d’une tapisserie du peintre Boucher de l’époque de La Régence. Quant audernier conte, Arria Marcella apparaît dans les ruines de Pompéi, après que le héros ait observé dans un musée le moule de son sein qui a donné naissance au désir de la rencontrer.
L’art est un thème que l’on retrouve à plusieurs reprises. Effectivement, il est le principal médiateur qui envoie les héros dans le passé. On comprend très bien pourquoi l’art joue ce rôle car la contemplation d’uneœuvre d’art nous émeut et nous fait rêver. Ceci dit pour les héros de Théophile Gautier cela va plus loin encore, ils se laissent complètement envahir par leur imagination et se laissent transporter dans un autre monde. Pour mieux saisir la compréhension du pourquoi ce sont les héros et non d’autres personnages qui voyagent dans une vie imaginaire, il est utile de relever que ces héros ont destraits communs très caractéristiques : ils sont souvent jeunes et naïfs, à l’esprit rêveur et ils sont très attirés par tous les domaines artistiques.
Théophile Gautier écrit des contes qui entraînent toujours le héros vers le passé. Toute expérience fantastique qu’ils vivent a quelque chose de la « réminiscence », c’est comme si le passé, qui a disparu, survivait encore et qu’il serait accessible...