Pourquoi le conflit entre les personnages pourrait-il être ce que vous retenez avant tout de la lecture ou de la représentation d’une pièce de théâtre ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1953 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction (rédigée)
Curieusement, dans le théâtre grec, le mot qui désignait l'action d'une pièce – « agôn » – signifiait aussi le « jeu », le « concours », la « lutte », le « combat » ; ce terme marquait déjà clairement que le conflit, ainsi que sa concrétisation – l'affrontement – sont primordiaux au théâtre. Pascal, au XVIIe siècle, va dans le même sens quand il affirme : « Les scènescontentes » (c'est-à-dire les scènes où les personnages sont en harmonie) « ne valent rien ».
Le texte théâtral exploite une gamme de conflits et d'affrontements très large par la diversité des forces en présence, des enjeux, des champs d'action ou des issues. Ces antagonismes donnent toute leur mesure à la représentation : les moyens dramaturgiques, les ressources de la mise en scène, techniques etscénographiques permettent de rendre ce type de situation concrètement visible, audible « sur scène », et par là plus efficace que dans les autres genres littéraires, comme le roman.
Pourquoi le conflit entre les personnages, aussi bien dans la comédie que dans la tragédie, est-il un élément essentiel, voire même primordial ? Il peut présenter une efficacité dramatique et donner de l'intensité àl'action ; il peut aussi éclairer la psychologie des personnages ; il peut enfin permettre à l'auteur d'éclairer diverses visions du monde.
I. Le potentiel dramatique du conflit : le conflit comme ressort de l'action / intrigue
Le conflit est primordial au théâtre parce que…
1. … il peut exposer et éclairer une situation, un problème

Il fournit l'occasion d'exposer clairement un problème.Exemple : Ferrante soulève le problème du mariage politique entre Pedro et l'Infante (La Reine morte) ; autres exemples hors corpus : Silvia et Lisette débattent du mariage dans la première scène de Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux ; la première scène du Mariage de Figaro met en place la rivalité amoureuse du Comte et de Figaro ; dans la première scène des Femmes savantes, deux sœurs posentle problème de l'éducation et du rôle des femmes ; Tirésias et Œdipe s'opposent violemment dans le premier épisode d'Œdipe Roi (tragédie).
À travers ces conflits, l'auteur expose au lecteur ou au spectateur les raisons de l'opposition entre les personnages et précise la nature de leur relation (La Reine morte) ou l'enjeu de l'action (L'Avare).
D'où la fréquence des conflits dans les scènesd'exposition au théâtre.
2. … il peut mettre en évidence un rapport de forces

Le conflit permet de faire comprendre et d'expliciter, d'éclairer les rapports de forces entre les divers personnages.
Exemples : supériorité morale et autorité de Ferrante sur Pedro ; égalité entre Van Buck (qui a l'argent) et Valentin (qui se permet l'ironie) et, somme toute, complicité implicite (Il ne faut jurer derien) ; complicité entre Cléante et Élise, mais aussi crainte face à leur père (L'Avare) ; autres exemples hors corpus : complicité d'Almaviva et de Figaro dans la scène 2 de l'acte I du Barbier de Séville (comédie), mais supériorité tantôt du Comte, tantôt de Figaro dans diverses scènes du Mariage de Figaro de Beaumarchais ; emprise provisoire d'Agrippine sur Néron au début de l'acte IV deBritannicus (tragédie).
3. … il peut faire progresser l'action, il « met de l'action »

Le conflit permet aussi des révélations qui font progresser l'action.
Exemple : Cléante confronté à son père Harpagon qui lui révèle qu'il se destine à lui-même celle que le jeune homme aime ; celui-ci comprend la rivalité et la « guerre » est déclarée ; l'action prend un nouveau tour.
Le conflit porte à leurcomble d'intensité les enjeux de la pièce.
Il « met de l'action », met de la vivacité. Fonction particulièrement évidente à la représentation, où le conflit peut se traduire par :
des injures (Le Médecin malgré lui de Molière) ;
des mouvements ou des coups (Les Fourberies de Scapin de Molière) : cela « bouge » sur scène et crée de l'animation ;
des joutes oratoires : défi entre Don Diègue et...
tracking img