Pourquoi les crises reviennent toujours?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6597 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE I : LE RINCIPAL PROBLEME A ETE RESOLU

En 2003, Robert Lucas, prix nobel d’économie en 1995, disait « le principal problème de la prévention de la dépression a été résolu en pratique » en 2003.

Au début des années 2000, l’inflation semblait maitrisée aux USA, l’optimisme était de mise, le monde était plus favorable à l’économie de marché qu’il ne l’avait été depuis plus de 90 ans.Si bien que Ben Bernanke, en 2004 (un an avant sa nomination à la tête de la fed) déclare que la politique macroéconomique moderne a résolu le problème du cycle économique.

Le capitalisme triomphant : le fait politique majeur des années 90 est l’effondrement du socialisme. En 1978, Deng Xiaoping lance son pays sur la route du capitalisme.
La fin du régime soviétique dans un soupir est une desgrandes énigmes de l’économie politique. L’émergence des ays capitalistes d’Asie a certainement porté un coup au régime soviétique de façon subtile mais profonde. En 1991, c’est la fin de l’URSS.
Les économies en transition d’Europe orientale ont connu une transition très difficile (ce n’est qu’aujourd’hui que la Pologne ou l’Estonie commencent à ressembler à des réussites). De plus, la légitimitéde tous les mouvements anticapitalistes a été sapée : l’héroïsme de Cuba était rendu possible par les aides russes (idem pour la Corée du Nord).
Mais le plus important dans la faillite sans gloire de l’Union soviétique a été la destruction du rêve soviétique ; il servait d’ancrage intellectuel pour tous ceux qui répugnaient à dépendre de la main invisible du marché. L’opposition au capitalismen’existe plus.

L’apprivoisement du cycle économique : les principaux ennemis de la stabilité capitaliste sont la guerre et la dépression (20ème siècle).
Il s’agit de comprendre ce qu’est le cycle économique, ou pourquoi les économies de marché sont-elles sujettes aux récessions (offre omniprésente et demande nulle part, modèle du baby sitting : trop peu de dépenses pour des biens réels et tropd’épargne)? La leçon est que la vulnérabilité au cycle économique à peu ou rien à voir avec vos forces et vos faiblesses économiques fondamentales : des mauvaises surprises peuvent survenir dans de bonnes économies.
Un moyen de combattre la récession est de créer de la monnaie. Une récession tient généralement à ce que le public essaie d’accumuler des liquidités, autrement dit il épargne plus qu’iln’investit. Les banques centrales ont pour rôle de maintenir la stabilité de l’économie. Tous les économistes s’accordent à dire que la grande dépression est née de l’effondrement de la demande solvable et que la FED aurait dû combattre la crise en injectant massivement de la monnaie.
Si la banque centrale met trop de monnaie en circulation, il en résulte de l’inflation qui provoque une période dechômage élevé et une hausse des prix.
Vers la fin des années 1990, il semblait que le cycle économique, s’il n’avait pas disparu, avait au moins été apprivoisé.

La technologie à la rescousse : dans les années 90, il apparut que les industries informatiques allaient complètement bouleverser la physionomie et le sens de notre économie. Les micro-ordinateurs ont provoqué un changement manifeste(évolution des espaces de travail) et qualitatif et ont fait naître un regain d’optimisme à propos du capitalisme. On assiste également au retour de la réussite de l’entrepreneur (dans son garage). Mais ce qui nourrissait cet optimisme économique était l’extraordinaire diffusion de la propriété.

Les fruits de la mondialisation : ce qui a tout bouleversé, c’est la mondialisation ; le transfert detechnologie et de capitaux des pays à hauts salaires vers ceux à bas salaires, et la croissances des exportations des industries de main d’œuvre qui en a résulté dans le tiers-monde. Dans les années 1970, les appels en faveur d’un nouvel ordre économique international se sont cristallisés dans l’exercice de pressions pour faire monter les prix des matières premières, plutôt que pour...
tracking img