Pourquoi nous trompons nous ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1127 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Pourquoi nous trompons-nous ?

Première Partie : Travail préparatoire au brouillon

A. Analyse des termes du sujet :
1) « Pourquoi » : on recherche la raison d’être ... ce qui rend raison (plus encore que la cause)
2) se tromper : _ se méprendre, faire erreur (problème d’ordre cognitif)
_ feindre, mentir, faire semblant (problème éthique)
_ se mentir à soi-même (d’après lecontexte de la phrase)
3) « nous » : _ dimension collective i.e. groupe particulier
_ nous, les hommes

B. Analyse des sens possibles du sujet :

Il y a trois façons possibles de comprendre le sujet :
Pour quelle raison, faisons-nous des erreurs ?
Pour quelle raison, nous mentons-nous les uns les autres ? Pourquoi mentir à autrui ?
Pour quelle raison, nous mentons-nous à nous même ?C. Problématique :

Quelle différence entre les trois sens ?
Dans le 1er cas, l’erreur est involontaire ;
dans le 2nd, elle est intentionnelle.
dans le 3è cas, il y a ambiguité : volontaire et involontaire.
Ce dernier cas est a priori le plus intéressant.
Il est plus intéressant car plus complexe, plus riche que les deux autres,
et, il semble faire le lien entre les deux autres.

Examendu 1er sens :Pour quelle raison, faisons-nous des erreurs ?
Peut-on rendre raison de l’erreur ?
Y a-t-il une raison d’être, un but, un sens de l’erreur ?
Attention : la question posée ne porte pas sur les « causes » de l’erreur...
Nous n’avons pas de raison de faire des erreurs !
Car il n’est pas raisonnable de vouloir faire des erreurs !
Faire des erreurs par raison serait absurde.

Enrevanche, il y a des causes.
Et ces causes sont multiples : incompréhension, imprécision, confusion, inattention, précipitation, etc.
Se lancer à la poursuite des causes, c’est risquer de se perdre dans la recherche d’une liste non-exhaustive.
Afin de clore cette recherche, on pourrait invoquer les règles cartésiennes de la méthode qui servent à bien guider l’entendement.
En ce sens, l’erreurprovient de la méconnaissance ou de l’infraction aux règles prescrites par Descartes.
Mais au fond, il n’y a pas là matière à problème !

Cependant :
La formulation « se tromper » au sens de « faire erreur » mérite notre attention.
La construction du verbe n’est pas anodine.
« Se tromper » : verbe pronominal et intransitif.
Quand je fais erreur, c’est moi qui me trompe !
Je suis responsablede mon erreur.
Comment comprendre cette responsabilité ?
Quelle est ma faute ?
Est-ce négligence de ma part ou bien volonté de me tromper ?
Il semble difficile d’affirmer que ce soit volonté de se tromper.
Cela ne correspond pas à l’idée que nous nous faisons de l’erreur.
Il nous arrive régulièrement de nous trompons sans le vouloir.
Reste donc la négligence.
Comment expliquer cettenégligence ?
Selon Freud, ce n’est jamais par hasard que nous faisons erreur.
On peut y voir une origine inconsciente.
Il y a une volonté inconsciente d’exprimer ce que notre surmoi refoule.
cf. le lapsus, l’acte manqué...
L’erreur qui se glisse ici et là n’est autre que l’expression de l’inconscient.

On voit que le 1er sens se ramène progressivement au 3è.

Selon Descartes et Kant, je metrompe lorsque j’outrepasse les limites de mon entendement.
Selon Kant, il y a des questions que par nature, je ne peux éviter de me poser. Mais que l’entendement ne peut résoudre.
Selon Descartes, c’est ma volonté qui se porte au-delà des limites de mon entendement.

Examen du second sens :
Pour quelle raison, nous mentons-nous les uns les autres ?
Le but du mensonge est l’intérêt.
Nousespérons en tirer quelque profit.
Soit il s’agit de s’amuser au dépend de celui qu’on abuse.
Soit on cherche à le manipuler à notre avantage.
C’est donc par calcul ou recherche de notre intérêt que nous nous mentons.

Examen du troisième sens :
Pour quelle raison, nous mentons-nous à nous-mêmes ?
Il est étrange que l’on puisse vouloir se tromper
i.e. se mentir à soi-même.
i.e....
tracking img