Pourquoi toute cette mascarade?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1046 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Production : Jean Asselin, de la compagnie Omnibus. Maîtrise d’œuvre: Réal Bossé, Pascal Contamine et Christian LeBlanc. Interprétation-création : Sabrina Conell-Caouette, Jennyfer Desbiens, Solo Fugère, Xavier Malo, Sacha Ouellette-Deguire et Anne Sabourin. Scénographie, costumes et accessoires : Charlotte Rouleau. Assistance aux costumes : Caroline Alder. Chef d’atelier de costumes :Gilles-François Therrien. Couturière : Lisange Boulais. Peinture scénique : Charlotte Rouleau et Caroline Alder. Éclairage : Mathieu Marcil. Son : Éric Forget. Maquillage et coiffure : Dany Cournoyer. Direction technique : Marcin Bunar. Régie : Annie-Claude Beaudry. Techniciens : Émilie Boyer Beaulieu, Olivier Chopinet, Félix-Emmanuel Gamache et Marjorie Quessy.

Réal Bossé (acteur québécois etgrand improvisateur, notamment reconnu pour sa participation à la LNI et, depuis l’an 2000, au National d’impro Juste pour rire), Pascal Contamine (artiste multidisciplinaire, partageant son temps entre la mise en scène, le jeu, le mouvement et l’engagement. Également fondateur et directeur artistique du CIRAAM) et Christian LeBlanc (Acteur américain, connu surtout pour son rôle de Micheal Baldwin,dans Les Feux de l’amour) ont fait de la pièce Rêves, chimères et mascarade une œuvre haute en couleurs! Ils ont su mettre leurs connaissances personnelles ensemble pour pouvoir expérimenter toutes les facettes du théâtre (danse, mimiques, chant, expression corporelle)! Rêves, chimères et mascarade démontre les considérations existentielles, philosophiques et pathétiques de la génération desvingt ans d’aujourd’hui. Six personnages loufoques nous font vivre, par leurs corps, leurs voix et leurs regards, le quotidien de notre société de surconsommation et d’hyper sexualisation. Les thèmes abordés, touchent les spectateurs autant par le message puissant qu’ils véhiculent que par les images, parfois émouvantes, parfois troublantes, et aussi car ces thèmes sont actuels, ils nous touchent donctous et chacun!

Réal Bossé, Christian LeBlanc et Pascal Contamine ont joué avec plusieurs thèmes modernes dans vingt-huit tableaux respectifs. Ils ont exploité la notion de nouvelles pour créer plusieurs petites histoires pour pouvoir toucher à tous les éléments d’un même thème. Par exemple, pour la sexualité, ils ont monté une scène où les acteurs se masturbent ensemble, tout enjasant de leur quotidien, comme si cet acte sexuel était d’un banal accru. Ces scènes ne durent que très peu de temps, environ cinq minutes et se terminent généralement drastiquement, soit par la fuite des personnages aux sorties qui entourent la scène ou bien par un black, ou encore par un bug commun. Également, la mise en scène laisse place à la théâtralité car les acteurs doivent faire comprendreau public le but, la ligne directrice de l’œuvre seulement par leurs voix, leurs expressions corporelles. Ils n’ont peu ou presque pas d’outils à leur disposition, outre leurs compétences de locuteurs. Ainsi, les metteurs en scène ont mis l’emphase sur les talents multiples des six comédiens, ce qui s’est avéré très impressionnant! Ils sont extrêmement polyvalents et savent utiliser leurscompétences théâtrales au maximum. Les jeunes acteurs, méconnus de la scène québécoise, étaient époustouflants! Ils avaient une bonne diction, et leurs formations d’acteurs et de mimes leur ont permis de bouger en ayant l’air très professionnel. Ils ont joué avec une exactitude épatante, car sans cela, ils n’auraient pas pu faire comprendre le sens de l’œuvre, trouble et complexe.

Le ThéâtreEspace Libre a su démontrer à quel point sa scène est amovible. Les metteurs en scène ont utilisé presque tout l’air de l’espace scénographique en formant une scène entourée à moitié par le public, où les spectateurs se font face. Les acteurs peuvent ainsi disposer d’une scène immense où ils peuvent bouger à leur guise. Il n’y a donc pas de côté jardin, ni de côté cour! Cette scène est bien loin...
tracking img