Pourquoi travaille-t-on ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2141 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi travaille t-on ?

L’origine du mot travail se trouve dans le mot latin « tripalium » qui signifiait instrument de torture. Le travail était donc vu comme quelque chose de pénible, de désagréable, que l’on n’aimait pas faire.
Aujourd’hui, le mot travail trouve plusieurs sens : le travail en tant que facteur économique, moyen de production, ou encore travail d’une force en physique,mais cette définition ne nous intéresse pas ici.
Le mot pourquoi peut avoir plusieurs sens : il peut représenter un but, une cause, ou les deux.
Donc, lorsque l’on se pose la question pourquoi travaille-t-on, il fait se demander si le travail provient d’une cause, ou si il amène à un but, ou les deux.
Nous verrons dans une première partie que nous travaillons pour nous même, par nécessité.Ensuite, nous montrerons que nous travaillons aussi par souci de la société, et de l’espèce humaine.
Enfin nous aborderons le travail en tant que moyen pour se libérer, devenir libre.

I – Travailler par nécessité

Le travail est, et la plupart des gens le disent, tout d’abord le moyen de gagner de l’argent.
En effet, on travaille pour gagner de l’argent.
Lorsque l’on demande aux Hommes ce qu’ilsrecherchent dans un emploi, ils répondent en général : un emploi qui me plaît et qui « paye bien ». Il en est de même pour les étudiants qui parlent de leur orientation.
Mais, en se basant sur ce point de vue, le travail est-il est un moyen légitime de gagner de l’argent ?
Pour construire une voiture il faut x fois plus de travail en quantité et en qualité que pour fabriquer une paire dechaussure.
Une voiture coûte donc x fois plus cher qu’une paire de chaussure : c’est la valeur travail.
En reprenant cette théorie de la valeur travail, Marx pose le problème de la légitimité du travail : pourquoi dans ce cas certains qui travaillent peu gagnent énormément d’argent, et réciproquement, certains qui travaillent beaucoup gagnent peu ?
On s’aperçoit alors qu’il n’y pas une égalité entrele travail et le salaire. Mais ce problème provient de la société capitaliste, ou alors, d’une intellectualisation du travail où travail intellectuel serait plus important que le travail manuel.

Le travail est aussi un moyen de satisfaire ses besoins.
En effet, le travail agricole, celui de la terre, permet l’extraction de certains de nos besoins, comme la nourriture.
Mais cela provient aussidu fait qu’en travaillant, donc en gagnant de l’argent, on peut acheter d’une part ces nourritures, d’autre part de quoi se loger, se soigner, et accéder à l’hygiène…
En allant plus loin on s’aperçoit que le travail est le moyen de transformer la nature, et donc d’accéder à nos différents.
De là, c’est notre nature humaine qui exige nous travaillions.
Par extension de cette idée, on voit quel’on peut aussi satisfaire nos désirs, car comme le dit Simmel dans Philosophie de l’argent, l’argent permet de satisfaire les besoins, et aussi les désirs, le seul souci étant de posséder suffisamment d’argent.

On peut aussi penser le travail comme une obligation culturelle. En effet, d’un point de vue religieux, l’origine du travail remonte à la Genèse lorsque les hommes ne travaillaient pas etvivaient dans le Jardin d’Eden. Ceux-ci, ayant commis leur péché, se retrouvent condamnés par Dieu : « Maudit soi le sol à cause de toi ! A force de peine tu en tireras subsistance tous les jours de ta vie. Il produira pour toi épines et chardons (…) A la sueur de ton vidage tu mangeras ton pain, jusqu’à ce que tu retournes au sol d’où tu fus tiré. »
D’après la religion chrétienne, le travail estdonc à l’origine d’un péché commis par les premiers hommes, et qui consisterait en l’extraction à la nature de besoins vitaux pour la survie de l’homme.

Enfin, le travail permet de se réaliser.
L’homme qui travaille à l’impression d’avoir accompli son devoir, il a la conscience tranquille face à ses obligations et responsabilités.
Il a de plus l’impression d’être utile : il sent qu’il...
tracking img