Pourquoi vouloir se connaitre ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1993 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de Philosophie
Des son existence, l’homme curieux est en recherche à découvrir sois même et son entourage. Certains individus participe à ce voyage de découvert à travers l’amour, l’art et d autre a travers leurs métiers, leurs rôles sociales dans la société. Quelque soit l’âge, le sexe, le raisonnement des trajets a pour objectif de se connaitre.
L’homme connait-il la réalitésur soit ? Cependant l’homme veut-il toujours se connaitre ? Comment peut-il se connaitre ? Ainsi, se connaitre est-il toujours bien pour l’homme ?
Nous allons tous d’abord commencer en étudiant le raisonnement d’un sujet en recherche de sois puis continuer avec l enjeux psychologique d’un sujet qui tente a se connaitre et finalement nous allons finir par démontrer l’aspect sociologique etexistentialiste qui pousse l’homme a vouloir se connaitre.
Au premier lieu, le raisonnement d’un sujet est le pilier fondamental des pensées de l’homme.
L’apparition de la philosophie avec Socrate au V siècle avant Jésus Christ a débuté une recherche, une questionnement sur sois. D’abord le terme de sujet est apparut. Pour les philosophes, le sujet signifier un individu conscient de lui même,capable de penser et d’agir. De même celui-ci est un ‘’je’’ ou ‘’un moi’ qui est principe de ses pensées et des ses actes. Par opposions à l’objet qui est une chose sans consciente de sois et incapable de se déterminer par elle même. Le sujet pour Socrate comme précise son disciple Platon dans l’Apologie de Socrate, doit être conscient de son ignorance afin d’initier à comprendre des choses sursois. Alors nous pouvons dire que la sagesse vient du désir de se connaitre. À travers la citation ‘’Connais-toi, toi même’’ de l’Alcibiade 3 eme partie Platon résume l’idée de son maitre que tous sujets qui prennent consciences de ce qu’ils savent et de ce qu’ils ignorent sont des sujet qui se tournent vers le savoir vers la sagesse donc vers ’’le Sophos’’. D’autre part exprime l’idée que toussujets conscients de ce qu’ils sont et de ce qu’ils ne sont pas. Ils agissent et se conduisent selon certaines valeurs morales dans l’existence. Nous pouvons ainsi ajouter que l’homme est intensivement préoccupé par les choses qu’ils peuvent avoir alors néglige ce qu’il est. Donc nous pouvons en conclure que la volonté de se connaitre est aussi lié une certaine logique de sagesse morale etétique afin de bien se conduire dans l existence alors cette volonté de connaitre les biens pour sois et de ne pas connaitre la démesure c est a dire de ne pas connaitre la lubris permet de bien se comporter dans l ‘existence. Finalement pour Socrate comme précise Platon dans l’Alcibiade, pour que l’homme puisse se connaitre, il doit communiquer et dialoguer avec quelqu’un d’autre afin de faireapparaitre un savoir ; ‘’mon cher Alcibiade, l’âme aussi, si elle veut se connaitre elle - même, doit porter son regard sur une âme et avant tous sur cet endroit de l âme ou se trouve l’excellence de l’âme, le savoir, ou sur une autre chose a laquelle cet endroit de l âme est semblable.
De plus, la conception des anciens comme précise l’idée de Rabelais qui exprime que “la science sans consciencen’est que ruine de l’âme’’ trouve fin avec Descartes au 17 eme siècle. La question de se connaitre ne reste pas seulement une question de sagesse morale et étique mais se transforme et se limite a une question de savoir si on est conscient de sois. Alors, Descartes a travers Méditations Métaphysiques fait un démarche, un raisonnement’ une méditation pour distinguer une chose certaine etindubitable. Ce démarche consister a rejeter comme étions Faux tous ce qui est douteux dans toutes idées, pensées, choses afin de trouver une seule vérité certaine. Descartes précise dans Méditation métaphysique que nous somme tromper par notre conscience, rien est certaine ‘’Mais je me suis persuade qu’ il n y avait rien du tout dans le monde, qu’il n’y avait aucun ciel, aucune terre, aucuns...
tracking img