Pourquoi j'ai mangé mon père ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (297 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Georges Joseph Christian Simenon (IPA: [ʒɔʀʒ sim'nɔ̃]), est un écrivain belge francophone né à Liège (Belgique), officiellement, le 12 février 1903[1] et mort à Lausanne (Suisse) le 4septembre 1989.

L'abondance et le succès de ses romans policiers (notamment les « Maigret ») éclipsent en partie le reste d'une œuvre beaucoup plus riche.

Simenon est en effet unromancier d’une fécondité exceptionnelle : on lui doit 192 romans, 158 nouvelles, plusieurs œuvres autobiographiques et de nombreux articles et reportages publiés sous son propre nom et 176 romans,des dizaines de nouvelles, contes galants et articles parus sous 27 pseudonymes.

Les tirages cumulés de ses livres atteignent 550 millions d’exemplaires. Georges Simenon est, selonl'Annuaire Statistique de l'UNESCO de 1989, le dix-huitième auteur toutes nationalités confondues, le quatrième auteur de langue française, et l'auteur belge le plus traduit dans le monde. Il aété choisi comme un des « Cent Wallons du siècle », par l'Institut Jules Destrée, en 1995.

André Gide, André Thérive et Robert Brasillach sont parmi les premiers hommes de lettres à lereconnaître comme un grand écrivain. André Gide, fasciné par la créativité de Georges Simenon qu'il avait souhaité rencontrer dès son succès policier, le questionna à maintes reprises,échangea une correspondance quasi-hebdomadaire pour poursuivre les méandres créatifs de cet écrivain populaire et prit la surprenante manie d'annoter en marge tous ces romans pour conclure en1941 : « Simenon est un romancier de génie et le plus vraiment romancier que nous ayons dans notre littérature d'aujourd'hui ». Menant une enquête encore plus intense, mais plus courte enconvoquant l'auteur à Darmstadt pour trois jours et nuits de questions ininterrompues, le philosophe allemand Hermann von Keyserling déclarait péremptoirement : « C'est un imbécile de génie. »