Pouvoir comme relation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1675 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1/ Un terme polysémique
Le mot pouvoir est employé dans de nombreux sens qui sont parfois proches des concepts d’influence ou d’autorité. Ces divers concepts doivent cependant être distingués (voir annexes 1 et 2 de cette fiche)

Le pouvoir peut s’exercer sur la Nature, sur soi-même (la maîtrise de soi) ou sur les autres. En ECJS, on s’intéresse principalement à la question du pouvoir dansles relations avec les autres. (Voir aussi la fiche « Civilité »)
Avec Ph. Braud, on retiendra trois significations principales du terme pouvoir :
- Une approche institutionnaliste qui conduit à identifier le pouvoir à l’Etat (on dénonce par exemple « la politique répressive du pouvoir »), au gouvernement (on distingue le « pouvoir » et « l’opposition ») ou aux administrations (« les pouvoirspublics »).
- Une approche substantialiste qui conduit à considérer le pouvoir comme une chose que l’on peut posséder (avoir du pouvoir) ou perdre (perdre le pouvoir), que l’on peut accroître ou dilapider.
- Une approche relationnelle (ou interactionniste) dans laquelle le pouvoir n’est pas considéré comme une chose, mais comme une relation, un pouvoir sur quelqu’un.
Les analysescontemporaines mettent l’accent sur la conception relationnelle du pouvoir. C’est cette conception qu’exprime le politologue américain R. Dahl pour qui le pouvoir est « la capacité d’une personne A d’obtenir qu’une personne B fasse quelque chose qu’elle n’aurait pas fait sans l’intervention de A ». En ce sens, les parents exercent un pouvoir sur leurs enfants, un entraîneur sportif exerce un pouvoir sur sonéquipe, un officier sur ses hommes et le législateur sur l’ensemble des citoyens.
M. Crozier insiste sur le fait que « le pouvoir est une relation et non un attribut des acteurs ». Le pouvoir est donc une relation « réciproque mais déséquilibrée ». Toujours selon Crozier « C’est un rapport de force, dont l’un peut retirer davantage que l’autre, mais où, également, l’un n’est jamais totalementdémuni face à l’autre ».
Cette conception relationnelle est aussi celle de M. Foucault « le pouvoir n’est pas quelque chose qui s’acquiert, s’arrache ou se partage, quelque chose qu’on garde ou qu’on laisse échapper ; le pouvoir s’exerce à partir de points innombrables, et dans le jeu de relations inégalitaires et mobiles ». (Dits et écrits, t.III, éd. Gallimard, "Bibliothèque des sciences humaines",1994, p. 794)

2/ Pouvoir, pouvoir politique, Etat

De nombreuses relations sociales sont des relations de pouvoir (y compris dans la sphère privée). Mais tout pouvoir n’est pas politique. On dira que le pouvoir est politique lorsqu’il formule des injonctions qui concernent l’ensemble d’une communauté politique (définie par une population, un territoire, des activités de production, desactivités de communication et un ensemble de règles sociales). Tout pouvoir politique n’est pas un Etat. On réservera le terme Etat à un pouvoir politique institutionnalisé qui, selon la formule de M. Weber, revendique avec succès le monopole de la violence physique légitime. Selon P. Clastres, les chefs des tribus amérindiennes exercent bien un pouvoir politique, mais ce pouvoir n’est pas coercitifet il n’est pas institutionnalisé.
La thèse de Clastres est certes controversée (voir en particulier les analyses de J.W. Lapierre) mais elle permet de mettre en cause la confusion entre pouvoir et Etat et de soumettre à la critique l’idée de l’universalité de l’Etat.

3/ Puissance, domination, légitimité

Max Weber a forgé un ensemble de concepts qui conservent toute leur portéeheuristique.
La puissance (Macht que certains traduisent par « pouvoir ») « signifie toute chance de faire triompher au sein d’une relation sociale sa propre volonté, même contre des résistances, peu importe sur quoi repose cette chance ».
La domination (Herrschaft) « signifie la chance de trouver des personnes déterminables prêtes à obéir à un ordre de contenu déterminé ».
Le concept de...
tracking img