Pouvoir de choisir = preuve de l'existence de la liberté ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1316 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan- corrigé

Sujet : Que l’homme possède le pouvoir de choisir, est-ce une preuve de l’existence de sa liberté ?

Introduction :[présentation du sujet]S’il nous arrive de douter du degré de notre propre liberté individuelle, en invoquant les contraintes et les obligations qui pèsent sur nous, il nous semble néanmoins que la liberté puisse nous appartenir et qu’elle peut même caractériser lanature humaine. Cependant, si nous en restons à une simple conviction ou au seul sentiment de la liberté, cela ne saurait constituer de preuve pour l’existence de la liberté. Nous parlons beaucoup d’elle, il nous arrive de nous conduire comme si son existence ne posait pas de problème, mais avons nous seulement une preuve qui écarterait tout doute au sujet de sa réalité, de son effectivité ?[énoncé du sujet]Ainsi, on peut se demander si le pouvoir de choisir que tout homme possède peut constituer à lui seul une preuve de l’existence de la liberté.[problématisation] Si quelqu’un doutait de son existence, suffirait-il qu’il éprouve en lui-même et de lui-même son pouvoir de choisir ? La liberté peut en effet se confondre avec le libre-arbitre, c’est-à-dire le pouvoir qu’a notre volonté dechoisir de manière contingente entre plusieurs actions possibles. Mais si cela devait constituer une preuve de notre liberté, encore faudrait-il pouvoir prouver le caractère contingent du choix. Or comment ce qui se produit en nous pourrait-il certifier quoi que ce soit ? Ce qui est visible et indubitable, ne serait-ce pas plutôt l’action, et jamais ce qui la précède dans notre intériorité ?[annonce du plan] Dans un premier temps, il peut sembler que le libre-arbitre suffit à définir la liberté, dans la mesure où il ne se laisse jamais contraindre, contrairement à l’action. Mais définir la liberté, ce n’est pas encore la prouver, nous sommes bien incapables de certifier qu’un acte ait été choisi de manière contingente, c’est pour cela que la compréhension déterministe de la liberté soitla seule cohérente et vraie. Néanmoins, ces deux conceptions reposent sur le même présupposé, à savoir que la liberté devrait pouvoir se prouver, ce qui en réalité est impossible.

I La liberté se prouve par le choix contingent.

- définir la liberté par l’action (est libre ce qui n’est pas empêché dans ses mouvements) n’est pas pertinent. La liberté humaine est qualitativement autre quecelle d’un objet ou même d’un animal. Le mouvement qui est celui d’un corps est l’effet d’une impulsion extérieure, le mouvement de l’animal est certes un mouvement qu’il provoque de lui-même, mais il n’y a aucune réelle décision qui le précède (il suit son instinct).
- En matière de liberté, tout repose sur la capacité de choisir : si un être est capable de choisir par lui-même, sans y êtreforcé par une impulsion externe ou interne, alors il est libre. C’est le cas de l’homme car il possède une faculté, la volonté, que rien ne peut contraindre. Elle choisit toujours d’elle-même, même sous la menace. Si l’homme cède face à la contrainte, c’est qu’il a choisi de céder plutôt que de résister, mais cela ne signifie pas que résister n’ait pas été un possible pour lui. Les choix de lavolonté sont contingents, ils auraient toujours pu être autres qu’ils ont été.
- Cette capacité de choisir de manière contingente vient du caractère infini de notre volonté (cf. Bibliographie : Descartes, Méditations métaphysiques) : autant nos actions sont limitées, elles rencontrent des obstacles et n’atteignent pas toujours leur but ; autant notre volonté peut tout choisir : le possible commel’impossible, le vrai comme le faux, le raisonnable comme le déraisonnable. Je peux contraindre l’action d’autrui, mais je ne peux l’empêcher de vouloir que 2 et 2 fassent 5.

Transition : Qu’il existe un choix ne signifie pas encore qu’il est contingent. D’autre part, a-t-on une preuve quelconque de cette contingence ? J’ai la conviction que j’ai choisi X plutôt qu’Y alors que j’aurais très...
tracking img