Premier peuplement humain en europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Il a été premièrement cru que l’histoire de l’humanité avait débuté en Europe, tant sur des bases religieuses que nationalistes et la recherche préhistorique s’est longtemps concentrée sur ce continent. Il faudra alors attendre le 20e siècle pour comprendre que l’Afrique semble être la source de notre lignée. Cependant, les recherches continuèrent en Europe et la question del’ancienneté de l’occupation de ce territoire par des homininés est toujours d’actualité. Plusieurs découvertes majeures furent faites au cours des dernières décennies et si chacune apporte une fraction de réponses, elles ouvrent aussi la voie à de nouvelles questions. Au cours de ce travail, il sera tenté de synthétiser nos connaissances sur les premières occupations de l’Europe. Pour y parvenir,plusieurs points seront abordés : une entrée en matière avec l’apparition du genre Homo en Afrique, puis des discussions portant sur les chronologies de la colonisation, les trajectoires possibles des premières migrations, les dispersions différentielles selon la latitude, et finalement, la durée des premières occupations.

L’Afrique : le berceau de l’humanité

Alors que Darwin avait préditl’origine africaine de l’homme, il aura fallu attendre le fossile de Raymond Dart en 1924 pour le prouver. Ainsi, l’enfant de Taung fut le premier australopithèque (Australopithecus africanus) découvert. Malgré les critiques et le manque d’intérêt de la communauté scientifique de l’époque, Dart, mais aussi Robert Broom, George Shepers et John Robinson continuèrent à travailler en Afrique du Sud ettrouvèrent quantité de restes osseux de ces fameux australopithèques. Ensuite, en 1959, Louis et Mary leakey découvrirent les restes d’un homininé en association avec des outils en pierre taillée en Afrique orientale. Cette région offrit alors nombres de découvertes avec des chronologies intéressantes grâce aux multiples couches de cendre volcanique. C’est dans ce contexte que fut attribué le genre Homo àun homininé daté d’environ 2,5 millions d’années, caractérisé par un volume cervical de 600 cm³ ou plus, une réduction du système masticateur et une diminution du prognathisme : il s’agissait d’Homo habilis ([5] Yves Coppens et Pascal Picq, p. 268 à 270). Certains spécimens semblaient pourtant se détacher du groupe par leur corpulence et la taille plus grande de leur cerveau, mais aussi par unappareil masticateur plus archaïque. Ainsi, Homo rudolfensis (nom donné à ces spécimens divergents) est-il une variation de l’espèce habilis ou forme t’il une nouvelle espèce et si oui, celle-ci est-elle plus apte à aboutir à Homo ergaster? Les débats sont encore ouverts. Quoi qu’il en soit, vers 2 millions d’années apparut Homo ergaster qui fut le premier a quitter l’Afrique. Cette expansion horsd’Afrique s’est effectuée en deux vagues de migration: la première en direction de l’Asie et la seconde vers l’Europe.

La Géorgie : la porte de l’Europe

Les plus anciennes traces humaines incontestables hors d’Afrique provenaient jusqu’à récemment du Levant, à Ubeidiya dans la vallée du Jourdain (même si certains sites affichaient des dates plus anciennes, mais critiquées ailleurs sur laplanète). Il s’agissait d’artefacts lithiques de traditions oldowayenne avancée et acheuléenne qui furent datés entre 1,4 et 1 millions d’années ([11] Richard G. Klein, p.316). Cependant, en 1991, lors d’une campagne de fouille archéologique en contexte médiéval, des restes d’homininés furent découverts et datés de 1,81 ± 0,05 millions d’années ([9] Leo Gabunia et Abesalom Vekua, p239). Les fouillescontinuèrent au cours de la décennie. Trois crânes et trois mandibules furent mis à jour, dévoilant une population eurasienne 300 000 ans plus âgée que théoriquement attendu. Ces fossiles furent premièrement attribués à Homo ergaster, pour finalement devenir Homo georgicus suite à une étude comparative plus approfondie avec Homo ergaster, Homo erectus et Homo habilis ([10] Leo Gabounia et...
tracking img