Prendre conscience de soi, est-ce devenir étranger à soi ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2346 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La conscience de soi apparaît dès que nous sommes capables de nous représenter à nous-mêmes. Nous nous regardons donc, comme notre reflet dans un miroir et, étonnés par notre découverte, nous étudions ce reflet pour très vite nous rendre compte que ce miroir ne renvoie pas les images auxquelles nous pourrions nous attendre. Est-il seulement possible de nous reconnaître nous-mêmes face à cetteimage déformée, inattendue de nous-mêmes ? Encore faudrait-il que cette image ne soit pas un mirage...

Avoir conscience de soi, c’est avoir conscience de notre propre existence, et le savoir. Comme le dit Descartes dans ses Méditations métaphysiques, « cogito ergo sum » (je pense, donc je suis) ; le sujet existe, et il sait qu’il existe, il sait aussi qu’il sait qu’il existe etil le pense. Cette célèbre conclusion du philosophe est le résultat d’une profonde réflexion sur les sens au moyen du doute. En imaginant qu’un esprit malin l’abuse sur ses sens, il conclut qu’il existe. « En effet, comme on ne peut abuser ce qui n’existe pas, et comme je suis moi-même abusé, j’en conclus que j’existe ». En prenant conscience de soi, il est possible par la suite d’effectuer untravail d’introspection sur soi et d’acquérir la plénitude de soi, le contrôle de ses pensées et de ses actes.
En effet, d’après Bergson, un acte conscient est précédé d’une réflexion qui se décompose comme suit : tout d’abord la conception de l’objet de la pensée, ensuite il y a délibération afin de peser le pour et le contre, et enfin il y a la prise du choix, la décision de la volonté. Avoirconscience de soi, c’est aussi pouvoir se représenter soi-même. Comme le dit Kant, la capacité à posséder le « je » dans sa représentation conduit l’homme à être une personne, le fait de devenir un sujet est le résultat d’une histoire ; afin d’illustrer cela, il prend l’exemple de l’enfant qui est une personne en puissance et qui ne le deviendra effectivement que moyennant le langage grâce auquel ilpourra dire « je ».
Ainsi, la conscience fait de l’homme un sujet unique qui, malgré les changements qui l’affectent, demeure au-delà de ces modifications. Le moi, c’est le sujet qui reste égal dans tous ses états de conscience. Cette notion de sujet est l’être conscient, libre, responsable, qui peut rendre raison de ses actes. Bergson définit ainsi la conscience comme intelligence, maiségalement comme ce qui permet la constitution du moi. Par la suite, Bergson fait le lien entre la conscience, l’anticipation et la mémoire. La mémoire a un pouvoir d’unification, grâce à elle, le sujet est capable de se concevoir comme une unité. Elle permet aussi l’identification. L’identité est notre définition, c’est ce que nous sommes. Se connaître soi-même, c’est connaître son identité, ce qui estpossible grâce à la mémoire. Anticiper c’est pouvoir prévoir, se projeter dans l’avenir, se désolidariser du présent pour pouvoir concevoir ce qui est à venir. La conscience comme pouvoir d’anticipation rend possible le fait de s’abstraire du temps présent, ce qui est la marque même de la liberté humaine. L’homme accède ainsi à une pleine liberté qui lui permet de faire des choix en fonction del’avenir qu’il anticipe.
Au moment de la prise de conscience, l’ombre fait place à la lumière, le sujet se découvre lui-même, il peut se représenter, se projeter dans l’avenir et anticiper les évènements, et il découvre aussi son identité. En effet, avant même la prise de conscience, la mémoire jouait son rôle sans que le sujet en ait conscience et, au moment de la prise de conscience, celui-ci réalisel’existence de cette mémoire qui n’aura rien oublié de l’histoire « pré-consciencieuse », d’avant la prise de conscience, du sujet. Celui-ci peut alors se définir par rapport à sa mémoire et créer son identité en fonction de cette mémoire. Connaissant sa mémoire et, donc, son identité, le sujet se connaît alors lui-même, ce qui lui permet d’être libre d’être ce qu’il voudra. Toutefois,...
tracking img