President

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Réélection de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire: Lettre à monsieur Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa
Côte d'Ivoire: Suite à la réélection proclamée ce jour du président sortant Laurent Gbagbo, qui est dans le collimateur de la France depuis dix ans pour délit de non conformité aux règles de fonctionnement de la Françafrique, le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy a mis en branle toute l'artillerielourde dont il dispose pour rendre caduque la volonté du peuple ivoirien exprimée par les urnes. A l'heure où il cherche fébrilement comment intervenir militairement en Eburnie sans mettre en péril les ressortissants français en Côte d'Ivoire et dans les autres pays africains, qui observent très attentivement ce qui se passe à Abidjan, nous nous adressons à lui à travers cette lettre ouverte.    [pic]
Monsieur Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa,

Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, je trouve très horripilant d’être prise pour une cruche par un voyou, pour reprendre le terme utilisé par l'hebdomadaire français Marianne pour vous qualifier. Votre rapport entravé avec la vérité et votre addiction aux magouilles et tripatouillages en tous genres est historique, comme leprouvent votre implication dans les affaires Woerth-Bettencourt, l’attentat de Karachi, les cambriolages des bureaux et domiciles des journalistes enquêtant sur les casseroles qui vous collent aux talonnettes, sans parler de vos mensonges éhontés relativement à votre présence à Berlin le jour de la chute du Mur ou à propos de la soi-disant adhésion de la Chancelière allemande Angela Merkel à votrepolitique d’expulsion des Roms. Je ne mentionne même pas le jour où vous avez chapardé un stylo en Roumanie, ou celui où vous avez insulté l’un de vos concitoyens de «pauvre con»  en mondovision. J’observais toutes vos bouffonneries en spectatrice hilare, n’étant nullement concernée par tout ce qui touche à la Gaule. Je ne suis sortie de ma réserve que trois fois : en août 2006, alors que vousétiez encore ministre de l’Intérieur, je vous dédiais un édito à propos de votre politique d’immigration choisie, puis en juillet 2007, quand vous êtes venu insulter l’Homme africain à Dakar, et enfin en décembre 2008, lorsque vous avez cru bon de monter sur vos ergots pour «exiger le départ du pouvoir du président zimbabwéen Robert Mugabe».

Je ne vais rien vous cacher, monsieur Sarkozy deNagy-Bocsa : je fais partie de ceux qui n’aiment pas la France. C’est comme ça : c’est viscéral, c’est génétique, c’est historique. Il faut dire que le passé colonial de la France en Afrique francophone a été suffisamment sanglant pour entacher négativement nos relations de façon durable et que la politique néocoloniale prévaricatrice à laquelle vous persistez à vous livrer à travers la nébuleuse de laFrançafrique ne fait rien pour arranger cela, bien au contraire.

[pic]

Hier, dans un communiqué officiel relatif à l’élection présidentielle ivoirienne, vous avez dit que «la Commission électorale indépendante s'était acquittée avec rigueur de sa mission.» Monsieur Sarkozy de Nagy-Bocsa, je crois que nous avons une compréhension très différente de la notion de rigueur. Prenons au hasard lesrésultats de la région du Bandama, tels que mentionnés sur le procès-verbal officiel de ladite chargée des élections en Côte d’Ivoire, que vous avez félicité si chaudement. Pour une meilleure illustration, j’ai scanné le document. A ce stade, nous n’évoquerons pas les exactions qui ont pu être commises lors de cette consultation électorale, bien qu’il soit utile de préciser que le représentant ducandidat de la LMP a été obligé de signer ce procès-verbal sous la contrainte. Des faits, rien que les faits. Regardons donc le travail rigoureux que vous avez tant apprécié chez les membres de la CEI. N’allons pas loin : dans un premier temps, additionnons simplement les chiffres colonne par colonne. Toutes les calculatrices de la planète trouveront qu’en lieu et place des 374.196 inscrits, les...
tracking img