Presse et opinion publique durant la première guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1078 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1°) Ce document d’histoire est un dessin de Jean Cocteau, publié dans le journal « Le Mot » au début de la première guerre mondiale, fin 1914. C’est un dessin de propagande inspiré par la rumeur, fausse, selon laquelle les soldats allemands, en Belgique, coupent les mains des petites filles.
C’est en aout 1914 qu’éclate la « Grande Guerre ». Toutes les puissances mondiales y sont impliquées etcette guerre va être longue non seulement par la durée du conflit mais aussi par son intensité. Fin 1914, les soldats entreprennent véritablement la guerre et commencent à s’enterrer dans les tranchées. La première guerre mondiale marque alors toutes les populations et pour que l’arrière garde le moral et continue à fournir l’effort de guerre, les Etats font de la propagande. Le courrier enprovenance du front et la presse, qui pourraient faire passer de mauvaises nouvelles, sont censurés. Les communiqués militaires sont toujours enthousiastes. On parle alors de « bourrage de crâne ».
Enfin, quel que soit le camp, la guerre est vécue comme une véritable croisade contre l’ennemi.

2°) On peut apercevoir sur l’image, tout d’abord, une représentation de deux peuples, les soldats allemandsd’un côté et les petites filles belges d’un autre. Les Allemands sont représentés à droite du dessin par quatre hommes corpulents. On peut facilement les repérer grâce au pic sur le dessus de leurs casques qui est un signe propre aux Allemands. Ils sont dessinés avec de grands manteaux descendants jusqu’à leurs bottes, avec une croix autour du cou et portants une sacoche sur le côté. Les deuxAllemands qui sont au premier plan de la jeune fille ont la bouche et les yeux grands ouverts avec leurs dents pointus apparentes tels des ogres voulant manger un enfant. L’un d’eux est montré tenant un couteau dans la main droite, pointe vers le haut. Ils ont l’apparence de soldats cruels, de meurtriers allemands voulant couper les mains de la petite fille comme il est déclaré dans la rumeur. Lesdeux autres soldats allemands, dessinés derrière les deux premiers sont plus retiré de la scène, l’un observe et l’autre est de profil par rapport à la scène, il semble endormi, il a les mains dans les poches et parait ne porter aucune attention à ce qui se passe. Les trois autres allemands sont tournés face à la petite fille qui est à genou au sol, recroquevillée sur elle-même, à droite de l’image,la tête dans les mains, surement en train de pleurer de peur de mourir ou de se faire couper les deux mains. Elle semble toute petite, effacé et triste face à ces soldats allemands effrayants et imposants.

3°) Le texte accompagnant le dessin « N’ayez pas peur, petite, nous venons simplement vous demandez votre main » est en contradiction totale avec l’image. L’ironie se perçoit par le : « vousdemandez votre main ». En effet les soldats Allemands ne viennent pas demander en mariage cette jeune fille comme on pourrait le comprendre dans cette phrase mais ils sont bien là pour lui couper les mains. Ces Allemands représentés avec un couteau à la main et l’air méchants, sont bel et bien présent pour blesser la jeune fille et non pour la demander en mariage, surtout à quatre. Ce dessin peutêtre mis en parallèle avec la rumeur, selon laquelle les soldats allemands coupent les mains des petites filles belges.
Il est employé ici, le procédé de l’ironie alors qu’il n’y a aucune ironie à martyriser les jeunes filles belges qui n’ont rien à voir dans la guerre. L’ironie est donc utilisée entre le dessin et la rumeur en opposition avec la légende en se moquant de ce bruit qui court. JeanCocteau manie l’ironie pour montrer aux Français ce décalage qu’il y a entre ce qui est dit et la vérité, il veut se moquer en quelques sortes de ces rumeurs, de la stupidité des gens à penser que les soldats allemands peuvent être capables de couper les mains des jeunes filles sans raison apparente. Ce dessinateur français explique ce que pensent les populations à cette époque là et ne voit...
tracking img