Prestataire evenementiel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2625 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Prestataires de l'événementiel
25/11/2009 - Traiteurs et organisateurs de réception. Son, lumière, vidéo. Foires, salons, congrès. Mobilier, structures, décoration, lieux de réception... Tour d'horizon des tendances du secteur.
Entre la grippe A et la crise économique, 2009 aura été une année difficile pour les professionnels des prestations de l'événementiel. Ils accusent le coup, mais sanspour autant tomber dans le catastrophisme. «Nous avons observé une baisse du chiffre d'affaires de 15 à 30% chez nos adhérents, mais pas ou peu de dépôts de bilan»,analyse Éric-Helen Louis, président de Traiteurs de France, qui regroupe 38 traiteurs provinciaux. Bernard Jaulin, PDG du groupe du même nom spécialisé dans les structures événementielles, évoque des projets «moins ostentatoires, avec desproduits plus standards que créatifs». Pour Olivier Ferraton, directeur général services de GL Events, le grand généraliste du secteur (605,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2008, 3000 collaborateurs, 80 implantations dans le monde), «la crise et la grippe A sont d'excellentes raisons d'éviter de dépenser de l'argent».
Dans le domaine technique (son, lumière, vidéo), Jacques de laGuillonnière, PDG du groupe Novelty, évoque «quelques dépôts de bilan et redressements judiciaires. Le métier a tendance à se concentrer».
Même les destinations incontournables comme Disneyland Paris n'y échappent pas:«Le marché a baissé de 20 à 40%. Et la clientèle étrangère évite de plus en plus de voyager», reconnaît Éloi Courcoux, directeur de la division Business Solutions du parc.
Repriseimminente
Mais si 2009 est plutôt morose, les prestataires parlent davantage de reports que d'annulations, et de décisions de dernière minute plutôt que de pertes de budget.«Nous n'avons aucune visibilité, tout se fait à la dernière seconde», se plaint Philippe Focard de Fontefiguières, PDG de Rêvez d'ailleurs. La situation économique incite en outre aux rapprochements, comme entre l'Anaé et Foires,salons et congrès de France, devenu FSCEF après l'ajout du mot "événements" à son nom. «Les agences de l'Anaé sont adhérentes d'office et pourront bénéficier des services de l'association. Et les agences nous aideront à faire la promotion du média événement», explique Annie Arsaut-Mazières, directrice générale de la FSCEF.
Une manière de se préparer à une année 2010 qui s'annonce elle aussidifficile, les décisions d'investir dans un événement étant prises plusieurs mois à l'avance. «Le premier semestre 2010 sera très dur, mais la reprise est là», estime toutefois Annie Arsaut-Mazières. Peut-être, mais le retour de la croissance suffira-t-il à redonner des couleurs au secteur de l'événementiel? Rien n'est moins sûr. Pour Éric-Helen Louis, c'est certain, «le marché ne reprendra pas commeavant». Tour d'horizon des tendances du secteur.
Traiteurs et organisateurs de réception
Le retour de la tradition
La spectaculaire cuisine moléculaire n'est plus vraiment à la mode. Place aux plats traditionnels, simples, voire rustiques. «En période de crise, on limite les artifices»,explique Éric-Helen Louis, président de Traiteurs de France. Comme la gardiane de taureau, une vieille recettecamargaise que le traiteur a réintroduite dans son menu.
Dans le segment haut de gamme, l'épicier de luxe Fauchon a créé récemment Fauchon Réception. C'est Christophe Renard, ancien directeur commercial du leader Potel & Chabot qui a été recruté comme président de cette structure de 45 personnes consacrée à l'événement d'entreprise. Pour lui aussi, la tendance est au retour à la valeurintrinsèque des produits: «On revient aux appellations d'origine contrôlée, au terroir.» Exemple de recettes tradition: le tiramisu de châtaignes et de cèpes, garni d'une émulsion à la truffe. Avec son chef d'origine basque Marc-Henry Vergé, Fauchon Réception propose également des déjeuners ou dîners à base de tapas accompagnées de vins du Sud-Ouest.
Autre piste: la personnalisation. «Pour une marque...
tracking img