Princesse de clèves

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2095 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette :
Un Roman D'analyse

Mme de La Fayette (1634 ; 1693) : romancière française et une grande dame de son temps, auteur du célèbre roman La Princesse de Clèves.

Synopsis : Ce roman est publié en 1678, sous l'anonymat. Œuvre la plus célèbre de Mme de L. et œuvre très importante dans la littérature française car elle est considérée comme le chefd'œuvre du roman classique et un modèle du roman d'analyse psychologique.
Écrit à la troisième personne, le récit a pour toile de fond historique la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II. Il met en scène une jeune femme superbe et parfaite, Mlle de Chartes et plus tard Mme de Clèves, mariée sans amour, qui s'éprend du Duc de Nemours.

=> Roman qui évoque les troubles del'amour passion ressenti par le personnage principal de l'œuvre. On considère que La Princesse de Clèves est le premier roman d'analyse. Nous allons donc désormais confirmer ou infirmer cette supposition.

Avant de commencer, il serait de bon ton de définir ce qu'est un roman d'analyse : le roman d'analyse se consacre à explorer les sentiments de personnages souvent partagés entre l'amour et lavertu, le désir et le renoncement. Dans un décor resserré, le roman d'analyse décrit leurs réactions devant une passion soudaine qui les déborde, un choix de vie difficile. Anxieux, tourmentés, les personnages interprètent les attitudes, les paroles, les regards des autres; ils s'analysent eux-mêmes, avec exigence, avec lucidité. Voilà ce qui définit le roman d'analyse.

I) Étude de l'amourC'est un roman qui évoque les trouble de l'amour passionnel ressenti par Mme de Clèves, mais également celui des deux hommes qui l'aiment (à savoir M. de Clèves qui aime vraiment sa femme et M. de Nemours qui tombe sous ses charmes).

A) Le coup de foudre

1er coup de foudre :

Mlle de Chartes Étude fine et précise des sentiments de cette dernière et des différents personnages, tout ennuances
● Litote : ne pas haïr "Ce qu'avait dit Madame de Clèves de son portrait lui avait redonné la vie, en lui faisant connaître que c'était lui qu'elle ne haïssait pas "
● Antithèses : "passion tendre et violente" ; "les plus doux et les plus cruels"

==> Lutte des sentiments. Le masque qu'elle est obligée de porter pour resister à ses sentiments la fait souffrir et accroît la crisemorale : elle ne voit plus clair en elle, hésite entre la sincérité (conforme à sa vertu) et le mensonge (imposé par le jeu social). Il y a combat chez elle entre le «ça» et le «surmoi».

Parenthèse :

Les notions de Ça et de Surmoi viennent de la psychanalyse (Vient du grec ancien ψυχή, psychê, "âme", "esprit" et d’un terme grec « ανάλυσις » qui signifie « décomposition » , lui-même forméà partir d'un verbe simple "λΰειν" qui signifie "décomposer"). Même les dictionnaires de traduction entre les différentes langues ne définissent pas clairement la différence entre le ça, le moi, le surmoi et le soi, que ce soit en anglais ou en allemand. «Ça» se dit das Es en allemand. En réalité, ce mot allemand est intraduisible exactement en français. Le titre du document de Sigmung Freud:"Das Ich und das Es" (1923) a déjà été été traduit par "Le Moi et le Soi" Cela montre la confusion sémantique entre le «Ça» et le «Soi» Une confusion bien gênante pour tenter d'aborder plus précisément les différences entre ces éléments distincts de la psyché.

Le ça :

Si Freud n’a pas énoncé clairement de quelle nature est la source du Ça (peut être n’est-ce pas trouvable ?), il a cependantpointé la nature de ce qui s’en écoule : c’est la libido. Le Ça est la source de la libido. Mais la réponse est à peine plus claire si on ne clarifie pas la notion de libido !
Voici encore un mot très usité dont la signification précise est rarement clairement connue. La libido c’est l’énergie psychique. Freud y a vu essentiellement l’énergie sexuelle. Mais on néglige souvent de préciser que...