Privatisation edf gdf

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3343 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
ÉCONOMIE INDUSTRIELLE





LE CAS GDF































Sommaire



Introduction

I – LA PRIVATISATION

a) Définition (cf. lexique)

b) La privatisation en France

c) Pourquoi privatiser ?

d) Les conséquences pour l’État, pour l’entreprise



II– LE CAS DE GDF SUEZ

a) Présentation de l’entreprise

b) Laprivatisation de GDF SUEZ

Conclusion












INTRODUCTION





Il existe depuis les années 80, en France et en Europe, une véritable évolution des mouvements de privatisation. Ce nouveau phénomène est souvent lié à la crise et aux changements de stratégies de l’Etat.

Selon L. DUGUIT (1923), « Relève du service public toute activité dont l’accomplissement doit êtreassuré, réglé et contrôlé par les gouvernants, parce que l’accomplissement de cette activité est indispensable à la réalisation et au développement de l’interdépendance sociale et qu’elle est de telle nature qu’elle ne peut être réalisée complètement que par l’intervention de la force gouvernante ».

Cependant, de nos jours, beaucoup d’entreprises publiques telles que : la Poste, Air France ou enencore Gaz de France se dirige vers la privatisation afin de faire face à de nombreux problèmes que l’Etat n’est plus en mesure de régler.

Afin de répondre à la question « Faut-il privatiser ? », nous verrons dans un premier temps la privatisation dans son ensemble, avec sa définition, la privatisation en France, le but de la privatisation ainsi que ses conséquences sur l’Etat et l’entreprise.Puis dans un second temps nous prendrons l’exemple de GDF Suez afin de mieux comprendre dans un cas concret ce qu’est la privatisation.




I – LA PRIVATISATION



a) Définition (cf. lexique)



Définition secteur public : Le secteur public comprend d'une part les administrations publiques de l'État et des collectivités locales, et d'autre part les entreprises dont au moins 51 %du capital social est détenu par l'État ou des administrations nationales, régionales ou locales.
Définition secteur privé : C’est le contraire du secteur public. L’État n’intervient pas ou peu.



La privatisation d’une entreprise est un transfert d’une partie ou de la totalité du capital d’une entreprise du secteur public au secteur privé (En quelque sorte, l’État rachète l’entreprise).Suite à cette privatisation, l’entreprise peut rester sous le contrôle complet ou partiel de l’État si ce dernier choisit de rester actionnaire.



Il existe 2 grands cas de privatisation :

❖ Privatisation pour une mise en concurrence

Contrairement aux entreprises privées, les entreprises publiques bénéficient d’un monopôle sur le marché grâce aux avantages que l’État peut fournir.De nos jours, avec la mondialisation et les lois du marché, l’État a tendance à changer la gouvernance de leurs entreprises pour faire face à la concurrence. Le secteur public s’est désengagé des activités concurrentielles.

❖ Privatisation sans une mise en concurrence

Ces privatisations ont un but économique autant pour l’état que pour l’entreprise. En effet le budget de l’état en seraallégé si des augmentations de capital sont nécessaires à l’entreprise, ou une ressource financière si ce dernier choisit de rester actionnaire.








b) La privatisation en France



Entre globalisation financière, développement de la libre concurrence, les entreprises françaises sous contrôle public ont été considérablement réduites. En effet, fin 1986, le R.E.C.M.E(Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l’État) compte un maximum de 3 500 entreprises françaises. Quatorze ans plus tard, fin 2000, il n’en recense plus que 1 500.



❖ 2 grandes vagues de privatisation



La France a connu la première vague de privatisation dès 1986 sous le gouvernement de Jacques Chirac. Certaines de ces privatisations concernaient des sociétés...
tracking img