Probleme sociaux economique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5866 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
è La problématique
La publication de l’œuvre maîtresse de Smith,Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), coïncide av ec l’essor de la révolution industrielle dans le nord du Royaume-Uni. Smith est l’un des premiers à s’interroger sur l’origine et les mécanismes de ce capitalisme naissant. Il repère dans la division du travail le mécanisme central du progrèséconomique et voit dans l’échange un puissant catalyseur (= stimulant). Ainsi, la division du travail apparaît comme un élément essentiel pour comprendre l’ensemble des mécanismes qui sont à l’origine de l’apparition du capitalisme et de la grande industrie dans nos sociétés. Les bouleversements économiques et sociaux auxquels elle a donné naissance constituent les caractéristiques essentielles de nossociétés modernes : salariat, concentration des entreprises, production de masse… Formidable moyen d’accroître la production et de favoriser la croissance économique, la division du travail a bien sûr évolué, les conditions techniques et sociales de sa mise en œuvre ne sont plus comparables, mais des interrogations demeurent : Quel est le prix social et humain de l’efficacité économique ? Ledivision du travail : facteur de bien-être ou d’asservissement pour l’Homme ? Les nouvelles formes d’organisation du travail ont-elles fait disparaître les effets pervers de l’OST ?

-

è L’auteur : Adam Smith (1723-1790)
Professeur de morale à l'université de Glasgow en Écosse, il enseignait la théologie, l'éthique, la philosophie et, accessoirement, l'économie qui n'existait pas encore en tant quediscipline autonome. Il devient ensuite précepteur d'un jeune duc et lors de voyages en Europe, rencontre les grands intellectuels de son temps, Hume, Quesnay, Voltaire. Adam Smith est le fondateur du libéralisme moderne. Il considère que la richesse provient de la production matérielle (c’est à dire la production de marchandises) et que différents moyens permettent d’accroître cette productionafin d’enrichir la nation. Le premier moyen d’augmenter la production est de diviser le travail. Le second moyen d’enrichir la nation est de laisser les individus s’enrichir ; car en oeuvrant pour leur intérêt personnel, ils enrichissent naturellement la nation toute entière ; c’est la fameuse notion de « main invisible ». En effet, pour s’enrichir, les individus doivent créer des activités, quiprofiteront à toute la société. Le troisième moyen pour s’enrichir consiste à se procurer les produits au meilleur prix. Sur le marché intérieur, cela est possible par la concurrence que se livrent les différentes industries. Il est également possible d’acheter à l’extérieur ce que le marché intérieur ne peut offrir à un prix plus bas. Smith préconise donc le libre -échange entre les nations. Enfin,Il faut respecter la liberté. A. Smith croit au nécessaire respect de l’ordre naturel. Cet ordre naturel signifie implicitement que l’économie de marché est naturelle (ce n’est pas le résultat d’une volonté humaine) et qu’elle est le meilleur des systèmes puisqu’elle assure l’équilibre et le fonctionnement harmonieux de la société. L’économie s’équilibre donc automatiquement et l’Etat ne doit pasintervenir dans son fonctionnement. L’Etat doit seulement se limiter à trois fonctions : tout d’abord, protéger la nation contre les autres (armée), ensuite protéger les individus contre l’injustice et l’oppression (justice et police) et enfin, s’occuper des travaux d’infrastructures nécessaires aux développement économique mais que le secteur privé ne peut prendre en charge par manque derentabilité (construction de ponts, creusement de canaux, etc.). Dans son ouvrage La Richesse des Nations publié en 1776 et qui fonde la science économique, Smith recherche les causes de la croissance économique (qu’il appelle enrichissement) et jette les bases des futurs débats économiques. Dans un autre ouvrage, La théorie des sentiments moraux (1759), Smith adopte une démarche philosophique en...
tracking img