Proche orient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5709 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LES ESPACES NEVRALGIQUES DU PROCHE-ORIENT

Introduction

Le Proche-Orient se résume bien souvent en « processus de paix » et « gestion de crise ». Que les conflits soient ouverts, latents ou bien en voie de pacification, aucun pays actuellement ne peut prétendre à une stabilité durable. Mais trois espaces apparaissent encore bien plus sensibles : Israël aux prises avec la Palestine depuis1948 ; l’Irak déstabilisé par la guerre de 2003 et l’Iran dont le président, Mahmoud Ahmadinejad, est soupçonné de vouloir acquérir la bombe atomique.
Ces trois espaces concentrent à eux seuls les principaux maux du Proche-Orient. Ce sont des espaces névralgiques dans le sens où ils représentent soit des espaces géostratégiques, soit des espaces sensibles qui peuvent à tout moment enflammer leProche-Orient. Les accords de paix entre Israël et la Palestine sont au point mort. Depuis 2003, en Irak, l’intervention américano-britannique alimente les antagonismes intercommunautaires, au profit du voisin iranien. Ce dernier souhaite, en outre, devenir la puissance régionale dominante en développant le nucléaire militaire et/ou en jouant sur l’antiaméricanisme et l’islamisme.
Saisir la complexitédes tensions proche-orientales nous amène nécessairement à présenter successivement le conflit israélo-palestinien, puis le chaos irakien et sur la montée en puissance de l’Iran.

Dans un souci de simplicité, nous abordons volontairement un plan géographique. Des thématiques transversales apparaissent à partir de la définition du terme « névralgique ». Le candidat retrouvera tout au long decette dissertation un certain nombre de thèmes, comme la notion de carrefour géostratégique, les problèmes identitaires ou encore les rivalités pour le leadership régional.

1. Les tensions israélo-arabes

Elles reposent sur la répartition et la possession d’un petit territoire appelé traditionnellement la Palestine. S’appuyant sur la religion, les juifs# le revendiquent comme étant la « terrepromise ». Dès la création de l’Etat hébreu, les Israéliens doivent faire face à l’opposition armée des Arabes. De leur côté, les Palestiniens contestent la domination israélienne sur le territoire car ils souhaitent, eux aussi, y établir leur Etat.

11. Deux peuples pour une seule terre

Le peuplement progressif de la Palestine, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, par des groupes deplus en plus nombreux de juifs, accentue les tensions entre les populations arabes et les nouveaux arrivants.

La Palestine correspond aux provinces de Galilée, de la Samarie et de Judée et tient son nom du peuple des Philistins, qui vivaient là plusieurs siècles avant l’ère chrétienne. A partir du Xe siècle av. J.C., les tribus juives y instaurèrent un royaume d’Israël. Les Romains y mirent fin en70 ap. J.C. Les juifs se dispersèrent dans tout l’empire. Cet exil est appelé diaspora. Seuls quelques juifs restèrent en Palestine. En 1880, on en comptait 24 000. A la même période, en Europe, face à la montée de l’antisémitisme (pogroms# en Russie et Pologne, affaire Dreyfus en France), un certain nombre de juifs prônent un retour à la Terre Sainte. On les appelle les sionistes, du nom d’unecolline à Jérusalem (Sion). Leur mouvement se réunit pour la première fois à Bâle en 1897, à l’instigation de Theodor Herzl. Celui-ci obtient le soutien du Royaume-Uni, qui par la déclaration de Lord Balfour en 1917, se montre très favorable à la création d’un foyer national juif en Palestine (annexe, document 6).
L’immigration juive s’accélère à la fin de la Première Guerre mondiale. On dénombrealors 58 000 juifs en Palestine soit 8 % de la population totale, face à 568 000 Arabes musulmans et 74 000 Arabes chrétiens. Le démantèlement de l’Empire ottoman (1920) et la mainmise des Britanniques sur une partie des territoires, dont la Palestine, vont inciter bon nombre de juifs à s’y installer. En effet, Londres appuie le peuplement juif face aux 90 % d’Arabes. Un premier Livre blanc...
tracking img