Production de boisons rafraichissantes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1497 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Production de boissons rafraîchissantes CODE NAF 11.07B
Introduction du secteur, faits marquants de l’année

Dans le secteur des boissons rafraîchissantes sans alcool, en forte expansion, la croissance est due au développement de produits innovants à visée diététique et à celui de nouveaux conditionnements plus petits encourageant la consommation.

Les industriels développent de nouveauxproduits pour diversifier leur gamme et surtout renouveler l’intérêt des consommateurs. L’innovation est appliquée à la publicité, au conditionnement et à la nature du produit.

Tendances du marché français

En France, le chiffre d’affaires des boissons rafraîchissantes atteint 2,5 milliards €. Cependant la consommation n’est que de 60 litres/habitant/an, bien inférieure à la moyenne européenne.Le marché français se caractérise par une augmentation des ventes, aussi bien en volume qu’en valeur, sur tous les segments de marché, à l’exception de celui des boissons au thé aromatisées.

Les moteurs de cette expansion sont : le développement de boissons pauvres en sucre, le recours aux édulcorants, la diversification des emballages et une communication axée sur le lien avec la nature.Les deux catégories investies par le « light » sont les colas et les sodas. En France comme dans les autres pays, la part des boissons avec édulcorants s’est accrue. Les colas light représentent 27% des colas, contre 23,9% il y a deux ans. Les boissons aux fruits gazeuses, la part du light est passée de 18,1% en 2005 à 25,1% à la fin 2007.

Pour les boissons aux fruits plates, la consommationest plus stagnante, le jus de fruits étant naturellement sucré.

La multiplication des formats et, notamment des petits formats, a ouvert une consommation plus régulière.

Le nombre de références s’est accru pour les boissons énergisantes commercialisées en petits volumes.

L’indice brut de prix à la production des boissons rafraîchissantes (prix départ usine hors TVA) a progressé de 93,2 en2002 à 97,0 en 2009. Cependant, l’indice avait atteint 111,9 en 2008, connaissant pratiquement une baisse de 15 points en une année (source INSEE).

L’indice brut de production (en volume) des boissons rafraîchissantes a progressé de 94,7 en 2002 à 121,7 en 2009. Cet indice s’établissait à 107,9 en 2008. Entre 2008 et 2009, l’indice brut de production a connu une évolution inverse de l’indicebrut de prix (source INSEE).

L’indice brut de chiffre d’affaires des boissons rafraîchissantes a progressé de 83,6 en 2002 à 110,7 en 2009. Cependant, il a baissé entre 2008 et 2009, passant de 117,7 à 110,7 (source INSEE).

La consommation d’eaux aromatisées, plates ou gazeuses, a atteint en France 99,8 millions de litres/année soit - 9,8 % par rapport à la période précédente, au 4 avril 2010et en valeur 88,2 millions d’euros soit - 5,6 % en valeur (source : LSA 28 mai 2010).

Les échanges

Afin de réduire les coûts de transport, les boissons rafraîchissantes sans alcool sont conditionnées en principe dans le pays de consommation. L’usine reçoit le concentré sous forme de sirop ou de poudre ainsi que le sucre ou les édulcorants.

Les grandes entreprises détentrices de marquesmondiales font réaliser la production par des filiales. Le classement de ces entreprises selon les parts de marché est en 2007 :

Coca-Cola (& bottling partners) 26,5 %

Pepsico (& bottling partners) 13,4 %

Nestlé 3,4 %

Cadbury Schweppes/Dr Pepper Snapple 3,0 %

Danone 2,4 %

Suntory 1,3 %

Kirin 1,0 %

Red Bull 1,0 %

Kraft Foods 0,8 %

Otsuka Pharmaceutical Co 0,8 %(Source Euromonitor publié par adbrands.net)

Tendances du marché en Europe et autres pays

La tendance en Europe et sur le marché mondial est également une hausse de la consommation. La consommation de boissons rafraîchissantes atteint 180 litres/habitant/an aux Etats-Unis et en moyenne 94 litres/habitant/an en Europe, ce qui est plus élevé qu’en France.

Toutefois, il y a peu d’échanges...
tracking img