Professeur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Francois MAURIAC

"Le noeud de vip�res"

(1932)

Roman

Le roman prend la forme d'une longue lettre �crite, dans les ann�es vingt, par Louis, un avocat d'assises vieillissant (il a soixante-huit ans) et malade (il est cardiaque). Malgr� sa r�ussite sociale (il dispose d'une fortune consistante, qui tient � la fois aux vignobles familiaux et � sa propre r�ussite professionnelle), il ach�veune existence malheureuse reclus au premier �tage de sa propri�t� de Cal�se, en Gironde, dans �la plus vaste chambre, et la mieux expos�e�, ayant �lui seul pour t�moin de sa gloire et de sa raison�. La mort, plus qu'une attente, est pour lui une esp�rance, celle de pouvoir enfin assouvir quarante ans de rancunes et de haine contre ses proches : sa femme, Isa, et ses deux enfants, Hubert etGenevi�ve. Il laissera, en effet, dans un coffre-fort vide, une lettre o� il annoncera qu'il a d�pouill� de l'h�ritage qui doit lui revenir sa �famille aux aguets, qui attend le moment de la cur�e�. �Si je l'avais voulu, vous seriez aujourd'hui d�pouill�s de tout, sauf de la maison et des terres. Vous avez eu la chance que je survive � ma haine... Oui, j'ai �t� un homme capable de tels calculs. Comment yfus-je amen�, moi qui n'�tais pas un monstre?� (1, 1). C'est surtout Isa qu'il esp�re ainsi atteindre : � celle qui �s'enl�verait le pain de la bouche� pour ses enfants, nulle douleur ne sera plus cruelle que de les voir souffrir. L'�ge et la maladie, l'espoir visible de ses proches d'h�riter bient�t de ses biens (� D�s que la maladie me d�sarme, le cercle de famille se resserre autour de mon lit� [1, X]), portent sa rancoeur � son comble.
Afin de parachever son ?uvre de haine, il r�dige � l'intention de celle-ci cette lettre vengeresse o� il �panche enfin son c?ur, �ce n?ud de vip�res satur� de leur venin�. Le portrait qu'il y fait de lui-m�me n'est pas flatt� : tr�s t�t orphelin de p�re, choy� par une m�re d'extraction paysanne qu'il n'a jamais su aimer, il fut un adolescent b�cheur,m�prisant ses condisciples mais envieux de leur richesse, de leur statut social. Ses �tudes furent mises � mal par la tuberculose. Mais il fut, � vingt ans, nanti d'une belle fortune, gr�ce � la sage gestion maternelle. Il se tourna vers la politique, �tant dans l'opposition ; mais il l'abandonna vite lorsqu'il comprit que, malgr� son anticl�ricalisme forcen� et un certain d�sir de justice sociale, ilserait �toujours du c�t� des poss�dants�. Cet �tre inflexible et solitaire a pourtant connu une br�ve p�riode, de paix, de bonheur : ses fian�ailles puis son mariage avec une demoiselle Fondaud�ge, un des grands noms de la bourgeoisie bordelaise, lui ont permis de se croire enfin parvenu � la r�ussite sociale convoit�e, tandis qu'il se d�couvrait capable �d'int�resser, de plaire, d'�mouvoir�.D'autant plus dure a �t� sa chute, le soir m�me de son mariage, quand elle lui a avou� l'amour qu'elle avait �prouv� pour un autre ; il en a conclu qu'elle l'avait �pous� seulement par int�r�t, ou par conformisme, qu'il n'avait �t�, pour elle, qu'un pr�tendant providentiel face au c�libat mena�ant.
Alors commen�a pour cet �poux de vingt-trois ans une longue lutte silencieuse, implacable, qui fit delui un mari d�test�, un p�re d�moniaque. �L'homme qu'on n'avait pas aim�, celui pour qui personne au monde n'avait souffert�, organisa autour de lui, avec volupt�, un enfer domestique, ne cessa plus de ha�r et d'�tre silencieusement ha� en retour. Des enfants naquirent, qu'alternativement il jalousa ou chercha � gagner � sa cause.
Ses convictions lib�rales et anticl�ricales (malgr� sa richesse,il �tait �pris de justice sociale) achev�rent de l'�loigner de sa famille, catholique et pratiquante.
Seul, � cet homme qui se r�fugia dans le travail, r�ussissait son m�tier. Avocat au barreau de Bordeaux, tout entier absorb� par une carri�re lucrative mais harassante, devenu, � moins de trente ans, un avocat d'affaires surmen�, salu� d�j� comme un jeune ma�tre dans ce barreau, le plus...
tracking img