Profil d'un leader

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 73 (18191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Volume 8 Numéro 3 Septembre 2010

Lawrence d’Arabie : la soif de vaincre ou le goût de mourir1
Cas produit par Sophana SISOWATH et le professeur Laurent LAPIERRE2

Tout a été surfait! Surfaite la guerre! Surfaits les « paradis artificiels »! Et l’amour donc!... Quel coup! Mais on vivrait. Il n’y a au monde qu’une seule chose qui ne soit pas supportable : le sentiment de sa médiocrité3.Jacques Rigaut

Introduction
C’est de juin 1914 à octobre 1918, que Lawrence d’Arabie, conduisant la Révolte arabe à la victoire contre la Turquie, est entré dans la légende. Une épopée, un homme : si l’histoire l’affuble d’une aura héroïque, Lawrence ne cesse pourtant de se percevoir comme un imposteur. À la mesure de la controverse qui s’édifie autour de son personnage, Lawrence oscille entrel’action prestigieuse et la remise en question incessante de ses gestes, entre le besoin inassouvi de victoire et le retrait et parfois une torpeur qui le paralyse. Lawrence poursuit inlassablement son rêve de libérer les Arabes du joug turc et de leur assurer une indépendance totale. Les victoires s’accumulent et, cependant, au terme d’une mission qui était d’établir la souveraineté de l’Arabie sur sonterritoire, Lawrence échoue : la GrandeBretagne, la France et les États-Unis morcellent les États arabes et se partagent leurs étendues selon les clauses d’un traité qui normalisera désormais les relations politiques et diplomatiques. Ce traité servira d’amorce aux tensions qui surgiront 50 ans plus tard et auxquelles nous n’avons pas fini d’assister. Les Arabes floués, Lawrence déçu, son rêve «fracassé », il assiste relativement impuissant au dénouement, alors qu’il aura réussi l’exploit de mobiliser toute l’Arabie, de rallier des royaumes désunis et rivaux. Paradoxe qui veut que, couronné par les victoires, il n’ait fait que servir d’instrument dans un combat inégal qui mettait en jeu des puissances étatiques bien supérieures à la seule ambition de Lawrence lui-même.
1

Ce cas a étépréparé à l’automne 1992 dans le cadre du séminaire de doctorat « Approches cliniques d’étude de la gestion (direction et leadership) et de la dynamique organisationnelle ». Il a été révisé en 2010. Laurent Lapierre est professeur titulaire au Service de l’enseignement du management à HEC Montréal. Il est également titulaire de la Chaire de leadership Pierre-Péladeau. Jacques Rigaut, extrait de «Propos Amorphes », revue Action, no 4, juillet 1920.

2

3

© HEC Montréal 2010 Tous droits réservés pour tous pays. Toute traduction ou toute modification sous quelque forme que ce soit est interdite. La Revue internationale de cas en gestion est une revue électronique (www.hec.ca/revuedecas), ISSN 1911-2599. Ce cas est destiné à servir de cadre de discussion à caractère pédagogique et necomporte aucun jugement sur la situation administrative dont il traite. Déposé sous le n° 9 40 2010 035 au Centre de cas HEC Montréal, 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal (Québec) Canada H3T 2A7.

Lawrence d’Arabie : la soif de vaincre ou le goût de mourir

Lawrence, comme beaucoup de figures charismatiques, soulèvera la controverse. Il s’agira, pour nous, de départager lemythe de l’histoire et de restituer, si possible, les forces mystérieuses et puissantes qui préludent à un destin que côtoie bien souvent la tragédie en dépit d’une splendeur éphémère. Le seul film1 produit pour témoigner du rêve en action de Lawrence relate son époque guerrière, cerne la controverse, marque le temps de la mort dans lequel le jeune homme va plonger. Lawrence se tient dans le désert,insubordonné et acharné face aux autorités et aux maîtres, d’Angleterre et d’Arabie, qui l’écartèlent. Outre le mystère d’une intériorité que le film ne dévoile pas et qui laisse planer le doute, aiguise la curiosité, il est également frappant de constater à quel point l’univers de Lawrence est un univers d’hommes. Conquête prestigieuse, carrière fulgurante, toutes deux creusent en Lawrence un...
tracking img