Projet lusaka

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3083 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous sommes partis avec Fidesco, une association de solidarité internationale catholique liée à la Communauté de l’Emmanuel en Zambie du 1er septembre 2007 au 1er août 2009. Nous y avons été envoyés au profit du diocèse de Lusaka, pour diriger et animer un centre (à ne pas confondre avec un camp) au profit des réfugiés urbains, qui viennent principalement de RDC, du Rwanda, du Burundi.

2)Comment le désir de partir et la préparation à la mission se sont-ils faits ?
Gh : Dieu s’y est pris patiemment avec moi. Des lectures de témoignages de volontaires partis avec Fidesco m’interpelaient depuis longtemps, ils restaient dans un coin de ma mémoire mais Gonzague y était réticent. C’est vrai qu’il y avait le travail, les enfants…
Nous avons suivi une session pour les familles àParay-le-Monial durant l’été 2006 dont le thème était « je te donnerai une espérance, un avenir ». Sur le site se trouve un certain nombre de tentes pour faire connaître différentes associations et organisations telles que Raoul Follereau, la Fondation Jérôme Lejeune, la revue de l’Emmanuel « Il est vivant »… et Fidesco. Le rythme de la session est soutenu. Nous n’avons pas eu le temps d’y jeter un coupd’œil avant la fin. J’ai un peu poussé Gonzague à entrer dans la tente de Fidesco. On y a posé quelques questions, montré notre enthousiasme pour un tel projet et expliqué que du fait de la profession de Gonzague, nous ne pouvions nous-mêmes partir en mission à l’étranger. La salariée de Fidesco qui nous avait présenté les différents projets et le fonctionnement de Fidesco nous parle d’unmilitaire qui pensait partir et qui s’était assuré que les statuts militaires permettaient un congé sans solde pour convenance personnelle. C’était donc statutairement possible de partir deux ans comme volontaire. Nous sommes sortis de la tente et n’avons parlé ensemble de cette visite que quelques heures plus tard en route vers la destination suivante de nos vacances.
Je ne sais plus exactementcomment on se l’est dit mais on a compris qu’on était appelé à partir en mission pour le Christ en famille.
A la Toussaint, nous avons pris contact avec Fidesco et envoyé notre lettre de candidature. Un premier week-end de présentation nous a été proposé en décembre, durant lequel, l’association nous a été présentée plus en détails, les bonnes et les mauvaises raisons de partir ont été listées,quelques anciens volontaires sont venus témoigner de ce qu’ils ont vécu en mission et de ce que cela a pu changer dans leur quotidien au retour. Nous avons eu aussi des temps de prière et un rdv individuel qui abordait des questions plus personnelles pour permettre de mettre en place les bases d’un discernement autant de notre côté que celui de Fidesco.
Nous sommes rentrés chez nous très motivés touten essayant de nous dire que notre décision n’était pas prise et pas urgente et qu’il fallait nous laisser la possibilité de renoncer. Peut-être que nous avions envie de voir du pays mais que ce n’était finalement pas là que le Seigneur nous attendait… Nous entamons donc une période de discernement telle des fiançailles.
Une session de discernement est organisée à Paray en février avec diversenseignements, de nombreux temps de prière, d’adoration, la messe quotidienne, des échanges avec d’anciens volontaires et les salariés de Fidesco.
Nous devons donner notre réponse courant mars. Ce que nous faisons, positivement. En mai, nous avons reçu un appel pour nous annoncer notre affectation à Lusaka en Zambie. Gonzague est ravi. Il rêvait de cette mission qu’il pressentait pleine de défiset de richesses. De mon côté, je suis frustrée car ma mission n’est pas bien définie et j’ai l’impression qu’on n’a pas prêté attention à mon CV et que je suis juste bonne à suivre mon mari. Mais je me suis un peu apaisée et nous avons commencé une préparation plus matérielle de la mission. Nous avons à nouveau eu un week-end en mai et une semaine en août à Paray durant laquelle nous avons été...
tracking img