Projet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2246 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
TITRE DU MEMOIRE : Processus d’évaluation de la performance opérationnelle d’une PME des télécommunications au Cameroun : cas de la S.A LMT GROUP (AXESS).

Contexte :

Le Cameroun comme bon nombre de pays d’Afrique mettent au point des stratégies de lutte contre la pauvreté et de relance de l’économie nationale. C’est dans cet élan que le Cameroun développe depuis 2003, un documentappelé Document Stratégique de croissance économique (DSCE)[1]. Ce document décrit l’ensemble des politiques et des programmes macroéconomiques, structurels et sociaux qu’un pays entend mettre en œuvre pour promouvoir la croissance et réduire la pauvreté. La relance de l’économie camerounaise passe obligatoirement par la bonne croissance de ses entreprises. Or, les entreprises camerounaises dans leurmajorité sont constituées des Petites et Moyennes Entreprises (PME). En 2004, ces PME ont contribuées à hauteur de 22% du Produit Intérieur Brut (PIB)[2], pour celles identifiées, car, nombreuses sont les PME camerounaises qui exercent dans l’informel.

Pour ces entreprises identifiées, l’enjeu de la performance n’est plus à démontrer aussi bien pour l’état camerounais que pour lesdirigeants de ces entreprises, généralement promoteurs de l’affaire. Pour l’Etat du Cameroun, l’enjeu de la performance réside dans la nécessité de s’assurer d’une bonne croissance de son économie nationale et par ricochet d’un recul de la pauvreté. Pour les dirigeants-promoteurs de ces entreprises, cet enjeu consiste à créer les conditions d’un retour rapide à l’investissement par voie de conséquence,la croissance de ces entreprises, leur rentabilité et la pérennité de leur exploitation.

Pendant longtemps, cet enjeu de la performance est resté le souci majeur d’un certains nombre d’auteurs parmi lesquels les interventions marquantes sont : Bergeron, H. (1996) ; Biggs, Gary L. (1996) ; Jarvis, Robin (1996) ; Waterhouse, J. et A ; Svendsen (1998). De cette littérature, il apparaitnettement que l’évaluation de la performance opérationnelle de ces entreprises constitue le défi principal. A une ère ou la concurrence se fait de plus en plus accrue, et où les risques d’entreprise se multiplient, la réussite de l’entreprise ne se traduit plus strictement en terme d’augmentation du bénéfice ou du rendement sur capital investi. La performance devient multicritères et sa mesure doittenir compte de cette caractéristique. Ce défi à donc une connotation beaucoup plus grande dès qu’il s’agit d’un secteur de grande innovation que celui des télécommunications qui constitue la cible de notre étude. Cet intérêt est alors beaucoup plus croissant dans la mesure où le processus d’évaluation de la performance opérationnelle présente des dimensions contingentes de ce secteur dont-il faudraitmettre en exergue. Ainsi, le développement, l’implantation et l’évaluation des mesures des performances innovatrices est un des grands défis auxquels doivent faire face les entreprises. C’est pourquoi selon Hélène Bergeron (1995), les chercheurs qui s’intéressent généralement à l’évaluation de la performance des entreprises le font généralement dans un contexte de grande entreprise, qui disposegénéralement de beaucoup de ressources pour développer et appliquer des concepts de gestion susceptibles d’améliorer le pilotage et la performance. C’est dire donc que la question de l’évaluation de la performance dans un contexte de PME à été longtemps négligée par la littérature spécialisée, qui a récemment fait plusieurs études de terrain. Mais là encore dans un contexte des PME des paysdéveloppés. Il en ressort donc que des études sur la performance des PME africaines restent inexplorées.

Problématique

Les profondes mutations qu’a connu l’économie mondiale telle l’expansion de la mondialisation et de nombreuses crises financières, a pour principale conséquence d’accroitre la compétitivité et de remettre en cause cette notion de mondialisation. L’on parle ainsi de plus en plus...
tracking img