Proliferation nucleaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3013 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Prolifération nucléaire : quelles menaces ?
La prolifération nucléaire aujourd’hui
Jusqu’à une période récente, on pouvait croire à des progrès réels en matière de lutte contre la prolifération nucléaire. Le début des années 90 s’est en effet caractérisé par une diminution des États proliférants possédant ou cherchant à posséder des armements nucléaires (les trois Républiques de l’ex-URSSque sont l’Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan, l’Afrique du Sud, l’Argentine et le Brésil). Par ailleurs, l’opération "Tempête du désert", en 1991, a mis fin au programme nucléaire irakien tandis qu’un accord États-Unis-Corée du Nord était passé en 1994 par lequel, en échange de l’arrêt de son programme nucléaire militaire, la Corée recevait des réacteurs à eau légère (donc peu proliférants)et du pétrole américain. Enfin, plus d’une cinquantaine d’États ont adhéré, au début de la décennie, au Traité de non prolifération nucléaire ; seuls Israël, l’Inde, le Pakistan et Cuba ont refusé aujourd’hui cette adhésion. Pourtant, depuis quelques années, les inquiétudes réapparaissent. C’est d’abord la difficulté de faire respecter par l’Irak et la Corée du Nord les engagements pris à l’égarddes grands Traités de non-prolifération, ni la coopération, ni la confrontation militaire ne parvenant à atteindre ces objectifs. Pour la Corée du Nord, l’accord de 1994 tarde à être mis en œuvre alors que les satellites et les services de renseignement américains affirment que les Coréens poursuivent leurs programmes dans des excavations immenses.
Les essais nucléaires de l’Inde et duPakistan, en mai 1998, ont fait brutalement entrer ces deux pays dans le "club nucléaire". Ils s’étaient pourtant engagés à signer le Traité d’interdiction des essais nucléaires (CTBT) mais leurs évolutions politiques respectives les ont éloignés de ces objectifs. L’arme nucléaire se trouve désormais entre les mains d’une dictature militaire au Pakistan, pays dont des segments entiers de la société sontproches des islamistes radicaux. En Inde, le parti nationaliste hindou (BJP), qui se réclame d’un nationalisme radical, si ce n’est xénophobe, dirige le gouvernement depuis mars 1998. Face aux nombreuses difficultés intérieures, le BJP a mis l’accent sur une politique de puissance et sur des enjeux de politique étrangère. Se considérant comme mal traitée sur la scène internationale, surtout faceaux menaces d’encerclement par le Pakistan et la Chine (qui, selon les Indiens, déploierait des missiles au Tibet), l’Inde a décidé de relancer la course aux armements. L’Inde et le Pakistan ont par ailleurs montré leur refus de renoncer aux expérimentations. En définitive, pour l’Asie (qui représente le tiers de l’humanité), si l’on ajoute le fait que la Chine continue d’accroître ses capacitésnucléaires et balistiques, on peut noter le choix de l’arme nucléaire comme instrument d’affirmation, ce qui montre que tous les pays ne partagent pas les idées occidentales sur le moindre rôle du nucléaire après la guerre froide.
Source : IHEDN, "La dissuasion nucléaire est-elle encore nécessaire dans le contexte géostratégique actuel ?", rapport du Comité 6, 52ème session nationale, décembre1999.
Haut de page
La prolifération des vecteurs
Le développement des capacités d’emporter loin et en grand nombre des charges nucléaires, biologiques ou chimiques renforce évidemment les menaces qui pèsent sur la sécurité internationale. A cet égard, on assiste à une véritable course entre pays proliférants pour accroître la portée de leurs vecteurs balistiques, jusqu’à atteindre lesterritoires américain ou européen.
Testé en avril 1998, le missile pakistanais Ghauri (portée estimée de 1 500 km) mettait fin à la supériorité indienne constituée par la profondeur stratégique de son territoire et provoquait les essais nucléaires indiens cinq semaines plus tard. La même année, l’Iran testait son missile Shahab 3 tandis que la Corée du Nord testait son missile de moyenne portée...
tracking img