Prostitution

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7178 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les maisons closes et la prostitution |
Dossier traitant d’un phénomène qui fait débat dans notre société…Etat des lieux. |
|

SOMMAIRE

A : Histoire Page 3
B : Historique et fonctionnement en France Page 7
C : Légalisation dans le monde Page 10
D : Politique des différents pays sur la prostitution Page 12
E : La clientèle des maisons closes Page 20
F : Undébat qui fait rage Page 21

Webographie Page 24

La prostitution a toujours existé elle ne date pas d’hier. De la courtisane, la gourgandine, les prostituées, les escortes-girls ou les call-girls. L’appellation à changé mais pas le but. L’homme a toujours disposé du corps de la femme ou est-ce la femme qui dispose de son corps ?

A : Histoire
1 / Définition
La prostitution (dulatin prostitutio) est une activité consistant à échanger des relations sexuelles contre une rémunération. Bien que pratiquée par les membres des deux sexes, elle est majoritairement exercée par les femmes et consommée par les hommes. Le statut légal de la prostitution varie selon les pays et peut également être classé de l'illégalité aux activités légales professionnelles. Les revenus annuels del'industrie de la prostitution sont estimés à plus de 100 milliards de dollars dans le monde entier. Ce chiffre restant subjectif en raison du caractère « parallèle » de ce marché.[]
2 / Le statut des prostitués à travers les Ages…
 
Depuis que l’homme vit en société, la prostitution a toujours été considérée comme un mal nécessaire : celle-ci protégerait l’honneur des jeunes filles et desfemmes mariées des ardeurs des jeunes hommes et des célibataires.

Cependant, bien que son existence et sa profession soit légalement reconnue depuis la plus haute antiquité (Mésopotamie, Grèce classique et Rome antique), la prostituée a toujours été tenue à l’écart et obligée de porté des vêtements qui la distingue de la femme « honnête ».  D’ailleurs le terme pute et putain vient du latin putidus(= puant, corrompu, avarié) aussi bien au sens moral que sur un aspect plus charnel. 
3 / Codes vestimentaires :
En toute époque et en tout lieu la prostituée n’a pas le droit de porter des vêtements qui pourrait la faire passer pour une épouse honorable :

- Au Proche Orient, le port du voile lui est interdit car elle est par fonction une femme impudique (et ce bien avant Mahomet), de même,elle devait laisser sa chevelure libre.
- En Grèce, elle est obligée de porter une perruque, de préférence blonde, pour qu’on ne puisse pas la confondre avec une épouse
- A Rome, elle doit porter une toge de couleur sombre et non la robe longue des matrones.
- Au Moyen Age en Europe occidentale, elle devait porter un corsage dont le laçage était lâche et une robe découvrant les chevilles.L’Etat et les mœurs passés ont toujours faits en sorte que tout individu soit à même de pouvoir distinguer une femme honnête et une prostituée, en séparant de façon visible le rôle de femme procréatrice et de l’instrument de plaisir. Contrevenir à cette obligation était sévèrement punis par les autorités : 50 coups de bâtons en Mésopotamie, flagellation jamais inférieure à 10 coups dans la RomeAntique.
Une exception toutefois : la prostitution liée à des cultes (Aphrodite, Bacchus), les prêtresses portaient les tenues habituelles de leur office.

4/Lupanar

Le terme « lupanar » vient du surnom données aux prostituées (louves dévoreuses… loup en latin se dit lupus). La maison de passe est une invention romaine, c’est 180 av JC que le consul Marcus édicta la loi « de licensiastupri » (du permis de stupre), c’est à dire le droit de tenir en lieu précis un commerce de prostitution en employant des esclaves qui était fichées et enregistrées auprès des autorités. Le patron appelée « lenon » devait être le propriétaire de l’immeuble et des esclaves, il encaissait le prix des passes et en reversait une partie à la l’état ou à la municipalité (selon l’époque et l’endroit), en...
tracking img