Protection sociale (historique sida afrique)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 août 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’EPIDEMIE MONDIALE DE SIDA CONTINUE DE CROITRE
De nouvelles données montrent également que les programmes de prévention du VIH obtiennent de meilleurs résultats s’ils sont axés sur les personnes les plus exposées au risque d’infection et s’ils sont adaptés à l’évolution des épidémies nationales Genève, 21 novembre 2006 – L’épidémie mondiale de SIDA continue de croître et des donnéespréoccupantes indiquent que certains pays voient repartir à la hausse des taux d’infection à VIH autrefois stables ou en déclin. Pourtant, des diminutions des taux d’infection s’observent également dans certains pays, ainsi que des tendances positives dans les comportements sexuels parmi les jeunes. Selon les derniers chiffres publiés aujourd’hui par l’ONUSIDA/OMS dans Le point sur l’épidémie mondiale deSIDA, on estime à 39,5 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH. Il y a eu 4,3 millions de nouvelles infections en 2006, dont 2,8 millions (65%) en Afrique subsaharienne, et d’importantes augmentations en Europe orientale et Asie centrale, où les données indiquent que les taux d’infection se sont élevés de plus de 50% depuis 2004. En 2006, 2,9 millions de personnes sont mortes de maladiesliées au SIDA. Les nouvelles données suggèrent que lorsque les programmes de prévention du VIH n’ont pas été maintenus et/ou adaptés à l’évolution des épidémies, dans certains pays les taux d’infection restent stables ou sont à nouveau en hausse. En Amérique du Nord et en Europe occidentale, les programmes de prévention du VIH n’ont souvent pas été maintenus et le nombre de nouvelles infections n’apas changé. De même, dans les pays à faible et moyen revenus, on n’a que peu d’exemples de pays ayant vraiment réduit le nombre des nouvelles infections. Et dans certains pays qui avaient réussi à obtenir une diminution du nombre des nouvelles infections, comme en Ouganda, les progrès ont ralenti ou l’on constate aujourd’hui des taux d’infection en augmentation. « C’est très préoccupant – car noussavons que l’extension des programmes de prévention du VIH dans ces pays a montré que des progrès avaient été accomplis dans le passé – l’Ouganda en est l’exemple type. Ce qui signifie que les pays n’avancent pas à la même vitesse que leurs épidémies, » a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, le Dr Peter Piot. « En même temps que nous élargissons les programmes de traitement du VIH, nousdevons intensifier considérablement les efforts de prévention qui sauvent des vies. »

La prévention du VIH marche, mais elle doit être focalisée et maintenue dans la durée De nouvelles données tirées du rapport montrent que les programmes élargis de prévention du VIH qui sont centrés sur les personnes les plus exposées au risque d’infection, et qui leur sont adaptés, font des percées. Destendances positives en matière de comportements sexuels des jeunes – utilisation accrue du préservatif, début plus tardif de l’activité sexuelle, et diminution du nombre de partenaires – ont été observées au cours de la dernière décennie dans de nombreux pays où les épidémies sont généralisées. Entre 2000 et 2005, le déclin de la prévalence du VIH parmi les jeunes est évident au Botswana, au Burundi, enCôte d’Ivoire, au Kenya, au Malawi, en République-Unie de Tanzanie, au Rwanda et au Zimbabwe.

Unir le monde contre le SIDA

Dans d’autres pays, des ressources même limitées ont permis d’obtenir des gains importants lorsque les investissements sont centrés sur les besoins des gens les plus exposés au risque de VIH. En Chine, on a des exemples de programmes à l’intention des professionnel(le)sdu sexe qui ont conduit à une utilisation accrue du préservatif et à une diminution du taux des infections sexuellement transmissibles, et des programmes visant les consommateurs de drogues injectables montrent également que des progrès ont été réalisés dans certaines régions. Et au Portugal, les diagnostics de VIH parmi les personnes qui s’injectent des drogues ont diminué de près d’un tiers...
tracking img