Proust: un amour de swann

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1490 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|LA DISSERTATION |

 
 
I/ LE PLAN DIALECTIQUE :
 
EXEMPLE 1
|  "Le vrai héros, le vrai sujet, le centre de l'Iliade, c'est la force. La force qui est maniée par les hommes, la force qui |
|soumet les hommes, la force devant quoi la chair des hommes se rétracte." (Simone Weil, La source grecque) |
|  Dans quelle mesure votre lecturede l'Iliade vous permet-elle de justifier cette affirmation ? |

Mise en place du sujet :
- les mots-clés : le mot force est ici allié à des connotations péjoratives, particulièrement dans la dernière expression. Il faudra songer à la barbarie dont la force des héros est en effet capable. L'auteur affirme que la force guerrière, dans ses aspects les plusinhumains, est le vrai sujet du poème, à la fois comme élément valorisant du héros et comme problématique préférentielle (centre).
- la problématique peut être ainsi reformulée : si la force est au centre de l'Iliade, peut-on considérer que ses formes inhumaines sont exclusivement responsables de l'héroïsme ?
Organisation du plan :
[pic]Thèse : la force barbare est au centrede l'Iliade...
1. L'Iliade met en scène une guerre archaïque au visage barbare.
     ex : les douze adolescents qu'Achille fait égorger sur le bûcher de Patrocle.
2.  La guerre - et la plus brutale qui soit - est la seule occasion de manifester l'héroïsme.
      ex : les aristies violentes et orgueilleuses.
3. Les héros sont mus par despassions qui expliquent le recours à la force.
      ex : la colère et le chagrin d'Achille, l'orgueil pour tous.
[pic]  Antithèse : mais cette force est condamnée...
A.  La force brutale est assimilée à une passion néfaste, et donc à une faiblesse.
      ex : l'ivresse funeste de Patrocle au combat, les manifestations extrêmes et passionnelles d'Achille.B.  La force n'est pas toujours maniée par les hommes, mais insufflée par les dieux.
      ex : la sollicitude de Zeus pour Hector, les tromperies d'Héra envers ce dernier.
C.  La force guerrière est souvent condamnée par le poète.
      ex : les métaphores animales, le réalisme horrible de certaines scènes.
[pic]  Synthèse : la vraie force estdonc celle de l'âme.
Recherchons dans les deux premières parties les arguments qui s'opposent le plus nettement. La synthèse n'est pas ce "moyen terme" qui aboutirait toujours à un opinion tiède. Nous vous proposons de la construire comme un véritable "produit" des arguments utilisés dans les deux parties précédentes :
|2B. |La force physique n'est donc pas un vrai signe d'héroïsme,l'homme y étant toujours agi|               NOTE |
| |par les dieux. |  Contrairement à ce que l'on |
| | ex : la lutte interrompue d'Achille contre Scamandre. |croit souvent, la synthèse |
| ||n'est pas la conclusion du |
| | |devoir : elle est une vraie |
| | |troisième partie, aussi |
| ||développée et illustrée que les|
| | |autres. |
|1C. |La force physique est bien au centre de l'Iliade, mais comme sujet d'interrogation et | |
| |de condamnation morale. |...
tracking img