Proust

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1547 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'analyse du texte

Marcel Proust

« Les vacances de Paques »

Dép. de philologie romane
Groupe 405
Fesenko Daria

Kyiv, 2011
Plan de l’analyse :
✓ Introduction
✓ Résumé
✓ Particularités de la composition
✓ Le champ sémantique
✓ Signe
✓ Particularités de la syntaxe et le rythme
✓ Ecartes stylistiques
✓ Conclusion

Introduction

Afin de fairel’analyse de tous les procédés linguistiques employés par l’auteur pour mettre en relief l’idée maitresse de ce fragment je voudrais commencer par le résumé des évenement du texte, puis passer à la composition, au champ sémantique de cet extrait et aux principaux signes de celui-ci. Ensuite il semble très interéssant de parler des particularité de la syntaxe qui sont liées étroitement au rythmedu texte et enfin je voudrais preter l’attantion aux écarts stylistiques mis en oeuvre par l’auteur.

Le résumé

Un garçon en attendant des vacances de Paques qu’il passer à Florence imaginait cette ville si nettement qu’on le croirait s’y promener. Mais le medecin lui a défendu de faire son voyage à cause de son mal de gorge. Cependant le garçon n’était pas chagriné. Il avait sa propreFlorence dans son imagination qu’il associait toujours avec la semaine des Paques.

Les particularités de la composition

La composition tout à fait particulière de ce texte vise à mettre en relief l’idée maitresse de ce fragment qui concerne le pouvoir évocateur des noms et l’opposition de deux notion : « un nom » et « un mot ».
Dans ce fragment on peut distinguer deux plans de narration qu’onpeut nommer celui « réel » et « virtuel ». En fonction de ces deux plans il y a deux espaces et deux temps de narration. M. Proust, lui – meme, a recours aux notions de « l’Espace abstrait » et du « temps imaginaire ». Ces deux plans laissent voir deux personnages : le garçon qui attendait ses vacances de Paques (le personnage réel) et l’autre – lui – meme d’ailleurs – celui qui s promenait àFlorence. Ce garçon réel n’était jamais à Florence. Mais ses perceptions étaient poussées jusqu’au naturalisme, c’est pourquoi il nous semble qu’il y a deux personnages qui agissent.
Ces deux plans de narration se superposent. Il est très difficile de distinguer des voix de personnages dans cet embricage de plans.

Le champs sémantique
Ce texte comporte des unités lexicaux se rapportant à desniveaux différents dont les mots savants prédominent. Cela s’explique par la personnalité de l’auteur qui était un homme très instruit et par l’influence de l’époque où il vivait.
C’était une époque d’une révolution individuelle, du progrès technique.
1885 c’est la date de l’apparition du premier automobile. Nous voyons dans le texte le cas d’emploi du mot « voiture automobile » qui était unnéologisme à cette époque – là.
Proust compare des noms avec des appareils scientifiques « qui nous permettent de produire à volonté des phenomènes dont l’apparition dans la nature est rare et irrégulière ». C’est aussi le résultat du progrès technique du debut du sciècle.
En 1885 on a inventé en Amérique la première caméra qui permettait de rouler des filmes. On peut supposer que cet événementavait en une grande influence sur l’oeuvre de M. Proust. Sa manière d’écrire ressemble à un film. Le mouvement des idées, des images rappelle le mouvement de la caméra.
Dans le texte on peut voir le mouvement de différentes images (éléments vus) : « les peintures de Sainte-Marie-des-Fleurs ».
Dans ce texte il y a une allusion au mouvement des impressionnistes : un seul monument vutoujours à la meme heure », « éclatante ou sombre ».
M. Proust nous décrit « une affiche d’une seul couleur » ce qui est le résultat du développement du domaine de la publicité.
Il y a beaucoup d’images de florence, de ses boulevards, de ses églises.
Dans le texte on peut trouver tout une couche de noms de fleurs et d’arbres : jonquilles, narcisses, anémons, violetes, lis,...
tracking img